20 septembre 2012 (27e sortie) : col du Mont Cenis

Troisième sortie de ma semaine dans les Alpes!

Dès le début de la semaine, j’avais prévu que ce serait le jour que je réserverai pour aller au col de l’Iseran (2770m), plus haut col routier des Alpes (la cime de la Bonnette à 2802m étant une route et non pas un col). Il s’agit d’un gros morceau. Pour y aller, j’avais besoin de me rapprocher du pied de la montée en train, jusqu’à Modane.

Etant donné les presque 2h30 de trajet avec un changement à Montmélian, il fallait se lever tôt!! 5h45! En  me levant j’avais bien mal aux jambes quand même, els deux sorties des deux jours précédents se faisaient sentir là…

Il faisait nuit noire complètement et sur les pistes cyclables non éclairées ce n’était pas top si bien que ma marraine m’a proposé de me déposer en gare de Grenoble.

J’ai donc pris le train de Chambéry, dur de ne pas s’endormir… A Montmélian je suis descendu et j’ai pris ensuite le train à destination de Modane. Ce train remonte toute la vallée de la Maurienne! C’était tout simplement bien sympa ce trajet, c’était la première fois que j’allais dans la vallée de la Maurienne et voir tous ces noms de villes qu’on entend pendant le Tour de France et s’imaginer les grandes ascensions qui sont juste là à côté : Epierre (col du Grand Cucheron), Saint Avre – La Chambre (col de la Madeleine), Saint Jean de Maurienne (col du Glandon – Croix de Fer, Toussuire), Saint Michel de Maurienne (col du Galibier) et puis le terminus à Modane pour le col de l’Iseran et du Mont Cenis.

Dans le train je voyais le brouillard qui rendait une atmosphère plutôt glaciale… ça ne présageait rien de bon…

Une fois en gare de Modane, je suis donc sorti et dans les escaliers des souterrains, j’ai vraiment eu mal aux jambes. Là j’ai bien réfléchi et j’ai décidé de changer mes plans et de laisser l’Iseran de côté et d’aller plutôt au col du Mont Cenis. Le but étant de se faire plaisir à pédaler, si c’est pour se retrouver dans une galère monumentale ça sert à rien. Là, j’avais déjà pas de bonens jambes et en plus j’avais déjà mal avant même de monter sur le vélo, ça ne servait à rien…et ce n’était pas tout! Je sors de la gare…et là j’ai été pris par le froid glacial!! Ouch!! Moi qui déteste le froid me voilà servi… Je ne sentais déjà plus mes doigts… J’ai mis mon écharpe dès le début. J’étais presque tétanisé.

A partir de Modane (1092m), il y a 25 kilomètres à peu près pour arriver à Lanslebourg (1400m), pied du col du Mont Cenis (2081m). Pour l’Iseran il y a 33 kilomètres de plus à partir de Lanslebourg (dont les 14 derniers qui sont la véritable grosse ascension).

Photos-Grenoble-17-au-22-septembre-2012-113

 

 

La sortie de Modane grimpe un peu, même un peu beaucoup à froid… Il y a environ 3 kilomètres avec des pentes allant jusqu’à 8%. J’étais frigorifié!! Les jambes tiraient énormément et j’étais un peu fatigué… Heureusement bien qu’il y avait pas mal de voitures et de camions, la circulation n’était pas trop dense. Mon compteur indique 4,9°C!!

Petit à petit dans ces premiers kilomètres de montée je commeçais à me sentir plus à l’aise mais le mal de jambes était toujours là! A ce moment là, je me disais que j’étais en train de faire une grosse bêtise, j’aurais mieux fait de me reposer parce qu’enchainer avec une 3e sortie d’affilé alors que le mois précédent je n’ai presque pas pédalé, c’était peut être un peu gros…

Mais pour me motiver je me disais que de toute façon là c’était une petit sortie au final vu que je n’allais pas jusqu’à l’Iseran.

La route est très jolie avec une vue sur le fort de Marie Thérèse que je prendrai en photo au retour. Ensuite une longue portion plutôt plate s’est présentée. C’était sympa de rouler dans ce décor!!

Il y avait tout de même pas mal de poids lourds et fallait faire gaffe aux courants d’air que ça faisait.

Je suis passé par le très joli village de Termignon juste après lequel 2 kilomètres raides se sont présentés, ouch les jambes!! C’était tout de même joli avec un lacet qui permettait de passer au dessus du village. Ensuite une petite descente et un peu de faux plat mènent jusqu’à Lanslebourg.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 114

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 117

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 120

 

J’étais content d’y arriver quand même! Là en traversant la ville je suis arrivé jusqu’à la bifurcation…tout droit le col de l’Iseran et à droite le col du Mont Cenis vers l’Italie.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 123

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 151

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 125

 

 

A partir de là, il reste seulement 10 kilomètres à gravir pour arriver au sommet du col et 1 ou 2 de plus pour longer le lac du Mont Cenis qui est juste après le sommet.

C’est avec quand même de l’appréhension et un bon mal de jambes que je m’y engage. Les deux premiers kilomètres sont entre 5 et 6%, ce qui permet de se mettre progressivement dans le rythme. De larges lacets permettent d’apprécier le rythme de la montée et j’aimais bien cette impression de haute montagne, enfin!! Le pourquoi j’aime la montagne en vélo!! C’est le charme qu’il manquait à l’Alpe d’Huez.

A ma grande surprise, ce début d’ascension s’est bien mieux passé et lorsque la pente est devenue plus raide pendant 7 kilomètres entre 7 et 9%, j’ai plutôt bien apprécié. La vue sur les sommets d’en face est sympa et en contrebas par endroit on peut voir Lanslebourg. La route est très tranquille malgré quelques passages de voitures allant en Italie.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 127

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 130

 

Au fur et à mesure que je montais, il faisait de plus en plus frais. A environ 2,5 kilomètres du sommet, le vent s’est levé. Un vent froid et qui soufflait d’abord de la gauche avant que je ne le prenne en pleine face une fois la courbe à gauche menant au dernier 1,5 kilomètre passée…

Là c’était dur, en danseuse, vent de face… Heureusement le dernier kilomètre à 6% est moins dur mais avec le vent il a été très long.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 132

 

En arrivant au sommet j’étais tout de même content et soulagé parce que les jambes ne me permettaient pas de faire plus long comme ascension.

Le vent soufflait très fort là-haut, c’était plutôt pénible et galère pour garder la trajectoire. Au sommet, la vue sur le lac juste un peu plus loin est très sympa!! L’Italie c’est juste après à seulement 4 à 5 kilomètres du sommet.

Il n’y a pas grand chose en haut en dehors d’une auberge.

 

Le lac :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 133

 

Avec le zoom :

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 134

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 135

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 138

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 144

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 146

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 147

 

J’ai voulu aller vers le lac, la route étant presque plate mais le vent soufflait trop fort sur le sommet. J’ai du coup, préféré ne pas poursuivre plus loin et de redescendre rapidement.

Le début de la descente s’est avérée compliquée avec le froid glacial et le vent… Je suis resté prudent et je me suis offert quelques arrêts pour prendre des photos du paysage.

La route dans le sens de la descente est plutôt dangereuse avec des trous et des gravillons à certains endroits…pas top ça… Ils ont intérêt à la refaire pour le passage du Giro l’an prochain (avec l’arrivée au col du Galibier après le passage du Mont Cenis!).

Une fois redescendu dans la vallée j’ai apprécié la température aux alentours de 20°C. Il ne me restait plus qu’à retourner à Modane avec els 25 kilomètres qui m’en séparaient. Il y avait juste 2 endroits où ça montait un peu. Et le reste du temps c’était de la descnte, du plat ou un peu de faux plat montant. En approchant de Modane la vue sur le fort Marie Thérèse était sympa. Juste après j’ai commencé la descente sur Modane et là en arrivant en ville il y a des travaux!! Il a donc fallu suivre la déviation, contourner Modane par les côteaux sur lesquels il fallait grimper avant de redescendre et rentrer dans Modane par le côté sud pour retraverser la ville jusqu’à la gare. Tout ça pour dire que je commençais à avoir faim et que les côteaux m’ont achevé^^ Du coup vu que j’avais pas mal de temps avant le train, je suis allé m’acheter un gros truc à manger dans le supermarché qu’il y avait pas loin. Une fois fini de manger, il me restait encore plus de 2h d’attente. Après avoir regardé passé le TGV faisant la ligne Paris-Turin, je me suis endormi…

J’ai ensuite à nouveau bien profité du trajet en train jusqu’à Montmélian le long de la vallée de la Maurienne. Une fois à Montmélian j’ai vu qu’un train pour Valence allait bientôt arriver, j’ai supposé qu’il passait bien par Grenoble et je suis arrivé sur le quai au moment où le train arrivait. Bizarrement le compartiment vélo s’est arrêté pile à l’endroit où le quai n’est plus là (il y a un bâteau). Du coup pour monter dans le train avec le vélo c’était une belle marche de 70cm^^.

Une fois en gare de Grenoble je n’avais plus que quelques kilomètres pour rentrer.

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 152

 

Photos Grenoble 17 au 22 septembre 2012 157

 

 

Au final donc, ce fut une toute petite sortie de 80 kilomètres avec 1400m de D+ et tout de même une ascension au col du Mont Cenis que j’ai bien appréciée. Il s’agit en plus d’une route porteuse d’une Histoire. Cependant le gros mal de jambes a un peu tout gâché sans compter le froid. Je pensais qu’après 3 jours je me sentirais mieux mais en fait non…et pour tout dire il y a des moments je me suis pris pour un dingue, je en sais pas trop comment j’arrive à me motiver pour me lever super tôt avec des trains à prendre et des changements, mais pour l’instant ça tient la route^^

Inutile de dire que le soir, j’avais du mal à marcher^^ Je m’attendais au pire pour le lendemain et ce soir là j’ai donc décidé que je ne sortirais pas le vélo le lendemain…mais je suis têtu parfois…

Pour ce qui est du col de l’Iseran, je n’ai aucun regret de ne pas y être allé parce que je n’en avais tout simplement pas la motivation ni les jambes pour y aller. Ce sera pour une autre fois. Jétais quand même satisfait d’avoir pu enchainer déjà ces 3 sorties en 3 jours.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.