29 juillet 2019 (37e sortie) : voyage J2 : Mont Ventoux – Orange


Récapitulatif :

  • 28 juillet 2019 – 35 km – 450 m de D+ – 11 h de train
  • 29 juillet 2019 – J2 – Mont Ventoux – 101 km – 2000 m de D+ – 2 h de train



Ce lundi matin, le réveil sonne vers 5 h. Je ne me suis pas fait piquer par les moustiques. Une bonne chose déjà !

Il fait nuit encore mais la journée sera ensoleillée et chaude.

C’est parti pour l’enchainement des étapes.

Je regarde dehors, le vent souffle toujours. Ce sera le Mont Ventoux côté Malaucène.

Je vais pouvoir faire l’ascension sans bagage, mais je les prépare quand même car il faut qu’à 10 h je sois parti, dès que je reviendrai du Ventoux, je n’aurais plus qu’à mettre les sacoches sur le vélo et c’est bon.

Petit soucis, je n’ai rien à manger puisque j’ai tout dévoré hier soir (comme je n’avais rien à manger non plus^^). Je compte m’acheter des chocolatines à Malaucène.

Je mets mon éclairage et mon gilet jaune pour partir. Je reprends d’emblée la côte à 12 % pour traverser Le Baroux. Je suis à environ une petite dizaine de kilomètres de Malaucène. J’ai hâte de me retrouver de nouveau sur les pentes du Mont Ventoux ! Normalement, la forme est là en ce moment.

Ma petite histoire avec le Mont Ventoux a commencé en 2011 lors d’un petit voyage condensé. Mais à l’époque je ne savais pas que quelques mois plus tard, en 2012, j’allais trouver mon stage de fin d’études (et un CDD en suivant) dans le Vaucluse à 50 km de Bédoin ! Cette année là, j’étais avec ma randonneuse justement et j’ai eu l’occasion de le monter 7 fois dont une fois par les 3 côtés en suivant, date d’ailleurs de ma seule ascension par le versant de Malaucène (en 2eme ascension ce jour là). Cette année là j’ai eu droit à la neige, la canicule, le brouillard mais aussi la patrouille de France pour moi tout seul.

J’ai eu l’occasion d’y retourner en 2013 par un vent à près de 130 km/h (descente à pied dans des conditions dantesques) puis en 2017 avec les bagages en guise de première étape d’un superbe périple qui m’a emmené en Suisse et en Italie.

Aujourd’hui, 29 juillet 2019, ce sera donc ma 11eme ascension (plus une fois jusqu’au Chalet Reynard), 2 ans après la 10eme.

J’arrive à Malaucène. Manque de chance, il est trop tôt pour pouvoir acheter des chocolatines, tout est fermé… Allez je mange juste une pâte de fruit. Commencer le Ventoux comme ça, aie aie aie…

C’est parti !

C’est parti pour les 21,5 km d’ascension. Ce versant est plus abrité du vent que le versant Bédoin mais n’a rien à envier côté difficulté. Il est cependant plus irrégulier, alternant, rampes très raides sans répit à plus de 11 % sur plusieurs kilomètres mais aussi passages plus doux.

J’attaque l’ascension, le jour se lève. Il est très tôt et il y a très très peu de circulation !! Le luxe absolu ! On est en plein été, en juillet et je ferai l’ascension de 21,5 km avec seulement 4 voitures qui m’auront dépassé et 2 cyclistes que je verrai au sommet alors que plus tard dans la journée il y aura des milliers de voitures et des centaines et des centaines de cyclistes qui le graviront.

Sur le début, le lever du soleil sur les Dentelles de Montmirail est sublime !! Le genre d’ambiance que j’adore. J’ai un rythme régulier et je sens déjà qu’à moins d’une fringale (parce que vu comme c’est parti…), j’arriverai au sommet sans problème. Je suis en VTC et ça se sent, objectif, faire l’ascension à 10,5 km/h de moyenne.

Lever de soleil sur les Dentelles de Montmirail pour moi tout seul, pur moment de bonheur !

C’est donc la deuxième fois que je m’attaque à ce versant et tout me revient en tête petit à petit 7 ans plus tard. Et à l’époque c’était déjà avec ce vélo en plus !

Je rattrape 2 cyclistes juste avant le Belvédère. Petit arrêt photo, puis c’est reparti. Quel calme c’est fou ! J’arrive à la rampe de 4 km à plus de 11 % de moyenne, dans mes souvenirs elle m’avait fait mal aux jambes en 2012, là ça passe beaucoup mieux et je l’apprécie franchement. Les lignes droites sont longues mais quand on le sait d’avance on prend son mal en patience. Les kilomètres défilent petit à petit et j’arrive à la station du Mont Serein. Au chalet Liotard. L’occasion de manger une autre pâte de fruit sur le replat avant d’attaquer les 7 derniers kilomètres avec direct, un kilomètre à plus de 11 %. La forêt reprend ses droits et j’apprécie cette ambiance. Je sais que dans moins de 5 km je sortirai de la forêt et j’aurais la vue sur le sommet en pleine poire !

Au belvédère

Et effectivement, revoir cette vue du sommet juste au dessus à la sortie de la forêt, c’était sublime ! Il reste encore 2,5 km à 10 % pour accéder au sommet. Je commençais à sentir mes jambes, mais l’air du sommet fait du bien. La vue sur les Baronnies est impressionnante.

ça y est, je sors de la forêt ! Plus que 2,5 km !
Vue côté nord

Au sommet il y a 2 cyclistes seulement. Le sommet pour nous tous seuls. Je savoure le paysage, mais il est encore très tôt et il fait sacrément froid au sommet, et ça souffle énormément !! Je claque des dents. D’ailleurs après quelques photos, la batterie de mon téléphone va passer à zéro à cause du froid… En tout cas vu comment ça souffle, je suis content de ne pas l’avoir monté par Bédoin.

Au sommet du Mont Ventoux ! Vue sur le versant du chalet Reynard
C’est avec ce vélo que je l’ai le plus souvent monté (8 fois pour la randonneuse !)
Pour moi c’est mon 11eme.
Les Alpes au fond

Je savoure d’y être de nouveau et repense à tous ces souvenirs que j’ai eu l’occasion de me construire ici, c’est fou car au tout début, jamais je n’aurais pensé avoir l’occasion de le monter tant de fois. 11 fois, il fait parti de mon top 6 des ascensions que j’ai le plus souvent grimpées.

Je mets mon k-way et je m’élance pour la descente. J’ai hésité à descendre par Bédoin pour faire la boucle mais, je préfère ne pas prendre de risque avec ce vent et je vais descendre e nouveau sur Malaucène.

Quelques arrêts photos sont impératifs bien sûr. Je me fais plaisir avec une pointe à 88 km/h et une bonne montée d’adrénaline.

Allez je vais attaquer la descente, à la prochaine le Mont Ventoux !
Le radôme

J’ai ensuite rejoint la chambre d’hôte pour récupérer mes bagages et partir.

Comme je me l’était dit la veille, avec ce vent monstrueux, je ne vais pas aller jusqu’à Romans sur Isère sur 130 km, je vais opter pour rejoindre Orange à l’ouest à une cinquantaine de kilomètres pour prendre le train là bas.

Et me voilà parti sous le soleil (ça fait du bien de la chaleur) à travers les villages provençaux que j’ai eu l’occasion de traverser déjà en 2012. Je repense notamment à ce sanglier qui avait traversé à pleine vitesse juste devant moi en passant sur cette même route à proximité de Beaumes de Venise.

Je pédale au milieu des vignes, des champs de lavande et d’oliviers.

Les oliviers.
Les vignes
Petit à petit je m’éloigne du Mont Ventoux
Plaisir inestimable que de pédaler sur des routes et chemins où il n’y a personne !

Les kilomètres défilent avec quelques arrêts par moment pour chercher les petites routes. Ce sont mes derniers tours de pédales en Provence pour cette année et ça m’a suffit.

A Orange, je vais directement à la gare pour prendre un train pour Valence. Là, en attendant ma correspondance, je suis allé manger des sushis puis j’ai pris un train pour Romans sur Isère où je suis allé chez des amis proches.

A Romans sur Isère, petite photo du vélo, la sacoche lui va bien !

Une bonne fin de journée de retrouvailles, c’était un plaisir immense que de se revoir !!

Pour ce deuxième jour du voyage et cette première étape montagneuse (sur les 6 que je vais enchainer), ça donne 101 km et 2000 m de D+.

Demain ce sera une étape pour rejoindre Grenoble par le Vercors.

(2 commentaires)

2 pings

  1. Salut Idris !
    Alors comment se passe tes vacances ?! Un peu de repos fait du bien peut-être ?!
    Sinon, très bel article sur le Ventoux, tes photos sont magnifiques. Quelle chance d’avoir eu ce Ventoux pour presque pour toi seul ! C’est vraiment une montagne particulière, c’est dur d’y monter mais c’est magique et mystérieux à la fois. Il y avait une belle émission la semaine dernière sur France3, je ne sais pas si tu l’as regardée (elle est encore disponible en replay : https://www.france.tv/france-3/faut-pas-rever/1078629-en-provence-les-amoureux-du-ventoux.html). Quand on voit les Alpes depuis le Ventoux, c’est le Massif des Écrins.
    Biz, j’attends la suite avec impatience.

    1. Salut Joris 🙂

      Tu vas rire, mais c’est long ces vacances^^ Pourtant je ne m’ennuie pas, je vois les amis, les copines, j’avance des trucs mais je ne suis pas habitué à des vacances comme ça^^
      Là il a neigé sur les Pyrénées…
      J’en profite pour avancer les articles sur le périple de juillet et août 🙂

      Ah merci pour le lien !! 🙂 Je ne l’avais pas vu cette émission 🙂 Je vais regarder ça 🙂

      Normalement cette semaine il fera de nouveau plutôt beau vendredi et samedi, je me prépare un petit itinéraire 🙂

      Bises 🙂

  1. […] juillet 2019 – J2 (Le Barroux – Orange) – Mont Ventoux – 101 km – 2000 m de D+ – 2 h de […]

  2. […] juillet 2019 – J2 (Le Barroux – Orange) – Mont Ventoux – 101 km – 2000 m de D+ – 2 h de […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.