«

»

Août 14

6 août 2014 (17e sortie) : col du Granon et col d’Izoard

Arrivé la veille à Guillestre dans les Hautes Alpes (05), je n’avais plus qu’à commencer à pédaler. J’avais 5 jours devant moi.

Ce mercredi, je me suis levé à 5h50. En guise de mise en bouche, j’avais envie d’aller me frotter aux pentes du col du Granon au dessus de Brinaçon. Il s’agit d’un col de 16,5 km au départ de Briançon, culminant à 2413m d’altitude mais présentant ses 11 derniers kilomètres à 9,3% de moyenne. Une rampe similaire à celle du Mont du Chat. Bref, une des ascensions les plus raides de France. A cela s’ajoute, une route granuleuse qui accroche et l’altitude élevée.

 

Pour y aller, afin d’éviter de rouler sur toute la vallée entre Guillestre et Briançon, j’ai choisi de rejoindre Birançon en train, il y en a pour 25 minutes. De là, j’irai au col du Granon, et j’envisageais pour la suite de rentrer à Guillestre par le col d’Izoard (2360m). Un bel enchainement en perspective, mais la grosse inconnu pour moi c’était ma forme et mes jambes…

J’ai passé une nuit quasimment blanche, impossible de trouver le sommeil… Je me suis levé et préparé et je suis parti de l’auberge de jeunesse à 6h30 en direction de la gare qui est à un peu plus de 5 km. Il faisait vraiment pas chaud de bon matin et je claquais des dents (je suis parti en manches courtes avec 9°C).

 

En quittant l’auberge de jeunesse, ça monte de suite :

 

Photos Guillestre 08-2014 048

 

A la gare en attendant le train :

 

Photos Guillestre 08-2014 050

 

Photos Guillestre 08-2014 053

 

Après le petit trajet en train, je suis arrivé à Briançon. Là je claquais complètement des dents et j’ai mis mes manchettes, il faisait 8°C… J’étais un peu stressé car je ne savais pas du tout ce que ça allait donner cette ascension du col du Granon avec ces pourcentages. Je suis parti en direction du col du Lautaret car le début est commun aux deux ascensions. J’ai pu voir la cité de Vauban, cette cité renforcée sur les hauteurs de Briançon, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

A Briançon :

 

Photos Guillestre 08-2014 054

 

Photos Guillestre 08-2014 056

 

J’ai rejoint la route principale allant à Grenoble par le col du Lautaret… Quelle circulation de dingue !!! Il y a 3 ans j’avais grimpé le col du Lautaret par l’autre versant, j’en avais déjà eu un bel aperçu de cette circulation… Des voitures, des motos et des poids lourds comme pas possible… Dès le départ, comme ça, c’était vraiment pas agréable… Heureusement, après environ 5 km de montée entre 2 et 5% j’ai rejoint Saint Chaffrey d’où j’ai quitté la route principale pour prendre la direction du col du Granon. ça commence à grimper un peu plus raide et à 11 km du sommet, je me suis arrêté pour manger une pâte de fruit. La borne indiquait 8,9% de moyenne sur le prochain kilomètre. Le kilomètre « le plus facile » de ces 11 derniers kilomètres sera à 8,3%.

 

Photos Guillestre 08-2014 057

 

Photos Guillestre 08-2014 058

 

C’est parti !! Plus de 1000m de D+ à bouffer en 11 kilomètres :

 

Photos Guillestre 08-2014 059

 

Je me suis élancé, j’ai rapidement trouvé un rythme qui me convenait. Je relançais très souvent en danseuse mais je sentais que les jambes n’étaient pas top quand même… La vue sur la véllée en bas avec Briançon au loin était vraiment agréable. On s’élève assez vite avec régulièrement des lacets. Je prenais plaisir à grimper et les kilomètres défilaient, tous autours de 9% environ. Je grimpais bien et je n’étais pas en souffrance. Je pouvais profiter du paysage et je prenais aussi des photos tout en grimpant. Ce qui était dommage c’est la circulation tout de même assez importante sur cette route, avec les randonneurs qui montent là haut et comme ce n’est pas très large la route, ça rend les choses plus difficiles. Il conviendra d’être prudent dans la descente car quand une voiture dépasse un cycliste, il n’y a plus de place pour en croiser un autre…

Pendant quelques kilomètres on traverse une petite forêt puis le paysage se dégage franchement et c’est absolument génial. La température commençait à monter un peu avec les premiers rayons de soleil et donc vers la moitié de l’ascension j’ai baissé mes manchettes.

 

Photos Guillestre 08-2014 060

 

Ciel bleu :

 

Photos Guillestre 08-2014 062

 

Photos Guillestre 08-2014 063

 

Photos Guillestre 08-2014 064

 

Photos Guillestre 08-2014 067

 

Photos Guillestre 08-2014 068

 

Photos Guillestre 08-2014 069

 

A 5 km du sommet, une borne indique le kilomètre suivant à 11,1% de moyenne, j’ai raté la photo dans la montée (je ne pense pas que c’était parce que j’allais trop vite^^) du coup je l’ai prise dans la descente.

 

Photos Guillestre 08-2014 098

 

La particularité de l’ascension c’est que dans chaque kilomètre environ, il y a quelques mètres de replat avant que la suite ne soit très raide, en général il y a juste 10 ou 20m de replat et hop ça repart à 10%.

Les 3 derniers kilomètres ont commencé à se faire sentir dans les jambes mais j’ai quand même trouvé que c’était passé vite l’ascension. A l’entame du dernier kilomètre on passe devant le fort militaire avant de déboucher sur le grand parking du sommet.

Une voiture s’était garée collée au panneau, pas très malin de sa part.

J’étais content de l’avoir gravi ce col sans avoir de difficulté particulière malgré la forme moyenne. 2413 m d’altitude, c’est pas si souvent que ça qu’on les atteint. Et avoir une belle rampe de 11 km à 9,3%, ça réveille tout de même^^

J’ai posé le vélo là et je suis monté quelques mètres plus haut sur le sentier à pied pour admirer le paysage à 360°. Super génial ! La table d’orientation qui s’y trouve date de 1979 et n’est pas forcément très pratique à lire mais que c’est beau de voir tout ça !! La vue sur la Barre des Ecrins est juste splendide !!

 

Photos Guillestre 08-2014 070

 

Superbe panorama sur le massif des Ecrins :

 

Photos Guillestre 08-2014 071

 

Photos Guillestre 08-2014 072

 

Photos Guillestre 08-2014 074

 

Photos Guillestre 08-2014 075

 

Photos Guillestre 08-2014 076

 

Photos Guillestre 08-2014 078

 

Vue sur le côté nord qui est accessible en VTT depuis la vallée de la Névache :

 

Photos Guillestre 08-2014 080

 

Photos Guillestre 08-2014 081

 

Photos Guillestre 08-2014 083

 

Il faisait 15°C au sommet, il y avait un petit vent frais mais je suis resté en manches courtes c’était agréable.

En revenant vers le vélo, deux autres cyclistes venaient d’arriver. Nous avons commencé à discuter puis leurs deux comparses sont arrivés aussi et nous sommes allés boire un coca à l’auberge ensemble pour discuter. Ils sont 4 de la même famille (oncle, frère et tout ça) et sont sur Briançon avec leurs familles pour les vacances. Ils sont des alentours de Paris et roulent en Vallée de Chevreuse des fois. L’un d’entre eux fait du triathlon. Après environ une demie heure passée à la terasse du bar nous nous sommes séparés pour redescendre. C’est que j’avais le col d’Izoard encore !

Dans la descente, je ne voulais pas prendre du tout de risques et j’ai bien fait car il y avait énormément de voitures qui montaient !! Incroyable, je n’en revenais pas de ce trafic ici, il y avait par moment jusqu’à 15 voitures roue dans roue. Les pauvres cyclistes qui avaient commencé l’ascension plus tard se sont donc retrouvés avec ce trafic pendant leur montée. La route n’était pas large et il fallait bien rester à droite surtout dans les lacets. Pour ma part je me suis arrêté plein de fois pour prendre des photos tellement c’était beau. Les freins changés en juillet lors de la sortie avec Seb de Keepthewave ont bien fonctionné!!^^

 

Le fort militaire :

 

Photos Guillestre 08-2014 084

 

Photos Guillestre 08-2014 085

 

Photos Guillestre 08-2014 086

 

Photos Guillestre 08-2014 088

 

Photos Guillestre 08-2014 091

 

Photos Guillestre 08-2014 092

 

Photos Guillestre 08-2014 093

 

Briançon tout au fond en bas :

 

Photos Guillestre 08-2014 095

 

Photos Guillestre 08-2014 100

 

Photos Guillestre 08-2014 101

 

Photos Guillestre 08-2014 103

 

Une fois redescendu à Saint Chaffrey et avant de rejoindre la grande route du Lautaret pour retourner à Brinaçon, je me suis arrêté quelques secondes pour enlever ma veste thermique et manger une pâte de fruit. Puis j’ai repris ma route jusqu’à Briançon qui était à 5 km. Et là sur la route principale c’était un énorme embouteillage, toutes les voitures arrêtées en file indienne sur plusieurs kilomètres ! En vélo je me suis faufilé en zig zaguant, dépassant à gauche, à droite. Certains automobilistes serraient complètement à droite presque à se mettre dans le fossé pour empêcher les cyclistes de passer, pas très sympa de leur part alors qu’ils sont arrêtés…

Puis en entrant dans briançon, alors que je continuais de me frayer un chemin entre les voitures, je suis passé devant les arroseurs automatiques des espaces verts, et il a tourné vers la route pile quand je passais, je me suis retrouvé bien trempé d’un coup, ça a rafraichit mais vu qu’il ne faisait pas encore très chaud ça n’a pas servi à grand chose^^ L’embouteillage a continué pendant toute la traversée de briançon où j’ai dû m’arrêter à plusieurs feux rouges. Quand j’ai quitté Briançon sur la route du col de l’Izoard j’étais un peu soulagé, j’avais perdu pas mal de temps dans la fin de la descente à cause de cet embouteillage…

 

Pour le col d’Izoard (2360m), je m’inquiétais un peu de ma capacité à enchainer l’ascension après celle du col du Granon. Etant donné que je commençais à avoir faim, je l’étais dit que j’allais m’arrêter à peu près à mi-pente pour manger. Pour ces sorties dans les Alpes, j’ai à chaque fois pris dans mon sac des boites de thon afin de vraiment bien manger si j’avais besoin parce que les pâtes de fruit c’est cool mais ça lasse au bout d’un moment.

Le col d’Izoard par ce versant c’est 20 kilomètres d’ascension avec les 10 premiers pas trop raides et même avec un peu de replat à un moment avant d’attaquer la deuxième moitié de 10 km à environ 8% de moyenne.

 

J’avais donc prévu dans ma tête de m’arrêter au 10e kilomètre de la montée pour le ravito.

 

En quittant Briançon, j’étais content de voir qu’il y avait une bande cyclable sur le bord de la route. Et elle sera là jusqu’au sommet. Voilà qui est vraiment très agréable et utile quand il y a beaucoup de circulation (même si il y aura toujours des imbéciles qui ne s’écarteront pas).

 

Au début de l’ascension du col d’Izoard, souvenir du Tour de France :

 

Photos Guillestre 08-2014 107

 

Photos Guillestre 08-2014 108

 

Photos Guillestre 08-2014 109

 

Toute la première partie du col de l’Izoard est très roulante. J’étais sur le 39 dents et je sentais quand même que la suite risquait d’être dure… Cette première partie remonte la vallée de la Cerveyrette jusqu’à Cervières qui marque la moitié de l’ascension. C’est agréable cette première partie. Une fois à Cervières, quand la pente est passée d’abord à 7,5% puis à 8%, j’arrivais encore à bien tourner les jambes donc j’ai continué un peu. Puis à 9 km du sommet je suis passé devant un transformateur électrique avec des marches en béton devant, du coup je me suis arrêté là pour m’asseoir et manger un peu. Un petit pique nique salutaire je pense. Il faisait très beau et environ 20°C.

Après quelques minutes d’arrêt je suis reparti. Le fait de savoir que je n’étais plus qu’à 9 km du sommet, ça donnait le moral car après c’était la fin des difficultés pour cette sortie. La pente oscillait entre 8 et 9,5 % sur les kilomètres suivants. Je me suis mis à mouliner. Et là j’ai constaté que j’avais beaucoup de mal à mettre du braquet comme j’aime habituellement le faire, mais par contre, en moulinant j’arrivais à très bien tourner les jambes et même si c’était dur, je ne baissais pas de rythme et je pouvais relancer quand je voulais sans être en difficulté. La route est entré dans une forêt, j’ai rattrapé quelques cyclistes. C’était sympa. Après une longue partie en quasi ligne droite, la route se retrouve en lacets et petites courbes resserrées, ça donne un autre rythme à la montée.

J’étais tellement content d’être dans cette ascension mythique (même si c’est encore plus mythique par l’autre versant avec la Casse Déserte) et tellement excité à l’idée de voir la Casse Déserte enfin de l’autre côté du col, que je n’ai pas vraiment vu le temps passer sur ce final du col de l’Izoard.

 

Photos Guillestre 08-2014 110

 

Photos Guillestre 08-2014 111

 

Photos Guillestre 08-2014 113

 

Photos Guillestre 08-2014 116

 

Photos Guillestre 08-2014 118

 

Après la forêt, le paysage devient très minéral :

 

Photos Guillestre 08-2014 119

 

A 3 kilomètres du sommet ça devenait un peu plus dur mais ensuite les deux derniers kilomètres sont un peu plus faciles aux alentours de 7%. A environ 1 km du sommet on passe devant le refuge Napoléon qui fait des tartes aux myrtilles d’après le panneau qu’ils avaient dehors, là j’ai repassé le 39×25 pour le fun car même si je sentais que j’avais mal aux jambes, j’avais encore de quoi m’amuser dans l’ascension^^. Ensuite je suis arrivé à l’avant dernier virage un peu au-dessus du refuge d’où la vue est superbe. Alors que jusque là je mitraillais de photos tout en grimpant, là, je me suis arrêté pour prendre de belles photos. Je devais être à 700m du sommet. De là on voit la route qu’on vient de faire et ce paysage qui s’assèche au fur et à mesure et qui annonce le climat méditerranéen que l’on retrouve plus encore sur le versant sud vers Guillestre. J’ai terminé l’ascension et j’ai débouché sur le sommet du col. Quel plaisir de l’avoir enfin grimpé ce col d’Izoard !!

 

A un peu plus d’1 kilomètre du sommet, le refuge Napoléon se trouve juste à gauche du parking (on ne le voit pas sur la photo) :

 

Photos Guillestre 08-2014 123

 

A 700m du sommet, joli point de vue, avec le refuge Napoléon :

 

Photos Guillestre 08-2014 126

 

Photos Guillestre 08-2014 127

 

La dernière rampe :

 

Photos Guillestre 08-2014 129

 

Le sommet à 2360m :

 

Photos Guillestre 08-2014 134

 

 

Il y avait du monde au sommet. J’ai pu trouver un créneau pour me faire prendre en photo devant la stèle du sommet.

Alors que je prenais des photos et tout ça, une camionnette est arrivée au sommet pas loin devant moi et deux italiens en sont descendus. Ils ont ensuite sorti deux vélos du coffre et sont allés se faire prendre en photo devant la stèle du sommet. Ils ont ensuite dérangé tout le monde en fumant des cigarettes (pas sûr que c’était juste du tabac d’ailleurs) puis ont rangé leurs vélos et sont repartis… Triste mentalité ceux-là… Je ne pensais pas qu’il y en avait qui faisait ça….

 

Vues depuis le sommet :

 

Photos Guillestre 08-2014 136

 

Photos Guillestre 08-2014 138

 

Photos Guillestre 08-2014 139

 

Côté sud :

 

Photos Guillestre 08-2014 141

 

 

Photos Guillestre 08-2014 142

 

Photos Guillestre 08-2014 143

 

Photos Guillestre 08-2014 144

 

Vue d’ensemble du sommet du col :

 

Photos Guillestre 08-2014 146

 

Photos Guillestre 08-2014 147

 

 

J’ai ensuite commencé la descente vers Guillestre. J’en avais pour 31 kilomètres dont les 15 premiers de vraie descente du col et les 16 suivants en faux plats descendants le long du Guil.

 

Sur la première partie de la descente, inutile de dire que je me suis arrêté des tas et des tas de fois. Déjà dans la descente du col du Granon je m’étais arrêté beaucoup de fois j’avais trouvé mais alors là, dans l’Izoard j’en prenais plein les yeux, je n’arivais plus à décoller pour descendre^^ Que c’est beau cet endroit !! Je me suis arrêté au premier virage puis ensuite en approchant de la Casse Déserte et pendant que je la traversais jusqu’à ne pas faire gaffe à la remontée de 500m à 8% et à me retrouver sur le grand plateau là dessus^^ Mais c’est passé tant bien que mal. Puis une fois cette remontée faite j’étais à l’entrée de la Casse Déserte (dans le sens de la montée, donc de la sortie pour moi qui descendais) et je me suis arrêté pour l’admirer depuis cet endroit, superbe à voir ! Pour ceux qui ne la connaisse pas, La Casse Déserte c’est cet endroit à 2,5 km du sommet côté sud, qui présente un paysage rocailleux, lunaire, grandiose, majestueux dans lequel le cycliste sur la route en corniche se sent tout petit face à la montagne.

 

Photos prises dans la descente côté sud :

 

Photos Guillestre 08-2014 148

 

Photos Guillestre 08-2014 152

 

La Casse Déserte approche, paysage rocailleux :

 

Photos Guillestre 08-2014 154

 

Photos Guillestre 08-2014 155

 

On entrevoit la Casse Déserte, plus que quelques mètres pour en profiter pleinement :

 

Photos Guillestre 08-2014 157

 

Photos Guillestre 08-2014 159

 

Photos Guillestre 08-2014 160

 

La voici ! Juste sublime !

 

Photos Guillestre 08-2014 162

 

Photos Guillestre 08-2014 163

 

Photos Guillestre 08-2014 165

 

La stèle Fausto Coppi et Louison Bobet à l’endroit même où en 1953, Fausto Coppi est venu voir passer les coureurs et notamment Louison Bobet qui était en tête :

 

Photos Guillestre 08-2014 166

 

Photos Guillestre 08-2014 168

 

Photos Guillestre 08-2014 172

 

Photos Guillestre 08-2014 174

 

Photos Guillestre 08-2014 176

 

Photos Guillestre 08-2014 177

 

Puis ensuite j’ai continué la descente, une descente raide avec pas mal de lacets sur plusieurs kilomètres et de beaux points de vues. Puis ensuite j’ai atteint le village de Brunissard et là ça devient vertigineux, la route est en ligne droite et visuellement on ne dirait vraiment pas mais ça descend à 10, 11 et jusqu’à 13% à un moment, on atteint des grandes vitesses en traversant Brunissard puis La Chalp. C’est assez sympa sur le vélo. La suite dela descente est plus irrégulière avec des parties moins raides et d’autres à 10% à nouveau. J’ai débouché ensuite à la bifurcation avec la route venant de Guillestre. A gauche c’est le col Agnel (2744m), le 2e plus haut col routier français que j’avais envie de grimper un peu plus tard lors de mon séjour, et à droite c’est Guillestre à 16 kilomètres environ.

J’ai donc tourné à droite pour la fin de la sortie. Et là d’un seul coup je me suis retrouvé avec un fort vent de face… Bon c’était la fin de la sortie, ça descendait, c’était moins dérangeant, mais le jour où je ferai cette partie dans le sens de la montée, j’espérais vraiment que je n’aurais pas de vent de face. Il y avait pas mal de circulation et ce n’était pas forcément agréable cette partie. C’est dommage car les gorges du Guil sont superbes, avec cette route encaissée contre la roche. C’est vraiment très beau. J’ai pris des photos en rouplant surtout car il y a peu d’endroits où on peut s’arrêter en sécurité, ce n’est vraiment pas large. Dans les 10 derniers kilomètres il y a quelques minis-tunnels de quelques mètres à même la roche puis un tunnel un peu plus long (environ 200m) en ligne droite dont on voit la sortie avant de rentrer mais à 5 km de Guillestre il y en a un plus long, en courbe, très mal éclairé et surtout très étroit où c’est très limite pour que deux voitures puissent se croiser. Là je n’étais pas rassuré du tout… J’ai roulé le plus vite possible pour passer le moins de temps là dedans. Je l’ai trouvé assez dangereux… Je me suis arrêté juste après en être sorti car il y avait un petit espace plus large sur la droite de la chaussée. En tout cas pour la sortie où j’irai par là dans le sens de la montée, c’est le genre de passage qui ne me remplissait pas de joie…

 

La vallée du Guil, jolie mais énormément de circulation :

 

Photos Guillestre 08-2014 181

 

Photos Guillestre 08-2014 185

 

Photos Guillestre 08-2014 187

 

Photos Guillestre 08-2014 189

 

Photos Guillestre 08-2014 191

 

A la sortie du dernier tunnel, assez dangereux :

 

Photos Guillestre 08-2014 193

 

La route remonte un peu en faux plat sur quelques kilomètres avant de terminer complètement la descente sur Guillestre. J’ai traversé Guillestre car l’auberge de jeunesse et un peu en bas du village juste à quelques mètres du début de la montée à la station de Risoul.

 

J’étais content de terminer cette première sortie autour de Guillestre, un bel enchainement de deux cols de plus de 2000m avec des bons pourcentages ça fait plaisir surtout que sans avoir de super jambe, j’ai pu prendr eplaisir à faire ces ascensions sans galérer. Par ailleurs le col d’Izoard c’est assurément le col que j’avais le plus envie de grimper pour cette semaine et j’étais content de l’avoir apprécié même si l’ascension la plus belle reste le versant de Guillestre mais ce sera pour plus tard.

 

Au final ça a fait 94 kilomètres et 2700m de D+.

 

Le soir je suis allé me prendre une bonne pizza (sans fromage bien sûr^^) puis je me suis couché assez tôt car j’avais passé une nuit blanche la veille et je me lève tôt depuis plusieurs jours. Le lendemain, j’avais en tête un gros enchainement au programme, l’heure du réveil était prévu là aussi à 5h50.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>