«

»

Mai 12

9 mai 2014 (7e sortie) : Hourquette d’Ancizan

Le week end long se poursuit et la météo se maintient péniblement pour ce vendredi 9 mai. Mais je ne pouvais pas laisser passer une occasion d’aller pédaler et au final je ne le regretterai pas.

Après la belle sortie de la veille au col de Tramassel au dessus de la station d’Hautacam, je souhaitais aller dans la vallée de Campan.

A l’origine j’avais envie de faire un enchainement en allant grimper le col d’Aspin par Sainte Marie de Campan, puis de descendre sur Arreau et revenir dans la vallée en grimpant la Hourquette d’Ancizan par Ancizan car….je ne connais pas ce versant là de la Hourquette…

Cependant, je devais être à 16h à Tarbes pour aller chercher ma sœur à la gare ce qui fait que je devais avoir pris la douche et mangé avant 16h.

Et étant donné que je n’allais pas arriver à me lever super tôt, c’était trop juste de vouloir faire l’enchainement car je risquais de ne pas rentrer à l’heure.

J’ai donc décidé d’aller grimper la Hourquette d’Ancizan par Sainte Marie de Campan.

Cependant en me levant péniblement le matin, j’ai vu que le ciel était nuageux et contrairement à la veille, très menaçant en plus ! Pas de quoi encourager à partir pédaler en montagne. Etant donné que la météo parlait de possible amélioration pour l’après midi, j’ai décidé de me recoucher et de me lever un peu plus tard pour retarder la sortie et profiter de « la possible amélioration » plus tard^^

 

Je me suis péniblement relevé 45min plus tard, c’était toujours pareil pour la météo mais fallait y aller.

Les jambes tiraient un peu de la sortie de la veille mais c’était des bonnes douleurs^^

2 tranches de pain avec du miel pour le eptit dej, le temps de préparer mon sac à dos et zou c’est parti.

Alors que j’étais encore en train de mettre mon casque, j’ai senti les premières gouttes de pluie… Je suis quand même parti et très vite je me suis retrouvé dans une petite bruine bien froide. Là d’un coup je commençais à me poser des questions si c’était raisonnable de partir comme ça en montagne avec le risque de prendre la pluie.

Mais très vite, ça a diminué et ce n’était plus très gênant. J’ai donc continué. J’étais content de repédaler de nouveau. D’ailleurs quand je me mettais en roue libre je sentais les douleurs aux jambes de la sortie de la veille mais pas quand je tournais les jambes. Cependant, je m’attendais à galérer un peu dans la montée car la grande forme n’étant pas là et la fatigue accumulée depuis plusieurs jours risquaient de se faire sentir…

 

Petite bruine en partant et montagnes masquées dans les nuages :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 001

 

J’ai apprécié le fait qu’il y avait moins de monde sur la route allant vers Bagnères de Bigorre. Par ailleurs il n’y avait pas de vent du tout, c’était assez agréable (mais c’est toujours à la mi journée que le vent de nord se lève).

Le plafond nuageux était toujours très bas et je m’attendais à devoir traverser le brouillard tôt ou tard…

Dans les deux petites bosses avant Bagnères, j’étais content de voir que je n’avais pas plus mal aux jambes dans les montées. Une fois Bagnères passé, j’ai continué sur les faux plats plus prononcés jusqu’à Campan puis ensuite Sainte Marie de Campan où dans les montées ça allait bien.

 

Toujours très menaçant au fil de la remontée de la vallée :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 004

 

Petit regard vers la forge d’Eugène Christophe, et me voilà à Sainte Marie de Campan, je me suis arrêté devant le début de l’ascension du Tourmalet pour juste voir le panneau. Pas de surprise, le col est encore fermé et ce n’est sûrement pas le meilleur moment pour aller voir de plus près si ça passe en vélo…

 

Toujours fermé :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 005

 

J’étais étonné de voir que je n’avais pas faim et que je ne ressentais pas de fatigue particulière malgré le fait de sentir que la vallée de Campan est bien plus usante que la vallée des Gaves quand il faut la remonter…

Je me suis donc forcé à manger une pâte de fruit car j’aurais bien continué comme ça^^ Et puis je suis donc allé en direction du col de Payolle sur le début de l’ascension du col d’Aspin.

Le ciel toujours menaçant et de plus en plus près au dessus de ma tête au fur et à mesure que je grimpais.

Contrairement à la veille, il faisait plus frais et j’ai gardé ma veste thermique pour faire l’ascension. Les 7 premiers kilomètres menant à Payolle ne sont pas très raides hormis trois passages à 10% dans un kilomètre à 3 km de Payolle.

 

Dans le début de l’ascension à La Séoube :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 006

 

J’étais content de ne pas avoir trop de mal à grimper. Puis je suis entré dans Payolle et là le contraste était saisissant car au moment où je suis passé devant le panneau indiquant Payolle (plusieurs centaines de mètres avant les premiers bâtiments), le ciel était toujours menaçant et lorsque j’ai quitté la route du col d’Aspin pour celle de la Hourquette d’Ancizan, d’un seul coup le ciel s’est dégagé laissant apparaître un magnifique temps ! Quelle chance !!

La route est en léger faux plat pendant la traversée du plateau de Payolle. Juste après être passé devant un troupeau de chevaux, je suis arrivé au pied de la suite de l’ascension à 8,6 km du sommet sous un ciel bleu. Et c’est donc parti pour cette sublime ascension qui est une des plus belles de toutes dans le coin pour les paysages !

 

A Payolle juste avant de tourner à droite en direction de la Hourquette :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 008

 

Vue sur la carrière de marbre et la route du col d’Aspin, le ciel commence à se dégager :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 009

 

Traversée du plateau de Payolle :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 011

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 012

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 013

 

C’est parti ça commence à remonter !!

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 016

 

Le début se fait sur une pente supérieure à 7% assez irrégulière avec des passages à 10% et d’autres plus faibles. Il commençait à faire sacrément chaud d’un seul coup mais je n’avais pas envie d’enlever ma veste thermique car à 4 km du sommet il y a un kilomètre de descente et il risque d’y faire frais.

J’ai donc continué comme ça et à ma grande surprise j’arrivais à rester sur mon 39-25 sans trop de soucis. Je m’attendais à flancher et à devoir me mettre à mouliner tôt ou tard mais les kilomètres passant, j’étais de mieux en mieux sur ce braquet. J’avais en point de mire un groupe de cyclo plusieurs centaines de mètres devant moi.

Je prenais des photos tout en grimpant tellement c’était magnifique et inespéré d’être sous ce ciel bleu pour la montée alors que j’étais sous un ciel menaçant jusque là.

C’est un vrai coin de paradis qui subjugue toujours autant à chaque fois que j’y vais.

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 017

 

A un moment la route est en ligne droite et ne donne pas l’impression de grimper alors que les pourcentages montent jusqu’à 12%. Là je me suis bien employer pour tirer mon 39-25 mais juste après il y a le fameux virage à gauche qui donne l’impression d’être plus raide alors que la rampe qui suit est plus facile et ensuite on débouche sur le kilomètre de descente à 6,5% qui va mener dans la dernière partie, la plus belle !

 

Juste sublime le paysage, la partie devant moi se cabre progressivement pour être jusqu’à 12% (on dirait pas) juste avant le virage à gauche que l’on devine :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 021

 

Dans la descente, je suis descendu en roue libre à 55 km/h jusqu’aux différents virages serrés qui obligent à freiner et de ne pas profiter de l’élan pour reprendre l’ascension. Mais il y a tellement à voir qu’on ne sent plus la pente. Après un bon passage à 9% on se retrouve en vue du sommet à 2,5 km. On traverse un plateau sur un replat de 500m là où se trouvent les habituels ânes et ensuite la pente reprend pour les deux derniers kilomètres dans lesquels il y a plus de lacets. C’est là que j’ai commencé à dépasser un à un les cyclistes du groupe que je voyais loin devant moi en quittant Payolle (ils m’avaient repris du temps dans le kilomètre en descente^^).

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 023

 

Dans la vallée ils sont sous les nuages :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 024

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 025

 

A moins de 2 km du sommet :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 029

 

Plus l’ascension défilait et plus je me sentais bien. Le soleil était superbe et j’avais la vue sur la mer de nuages car en bas dans la vallée ils étaient toujours sous les nuages !

C’était juste un moment de pur plaisir cette ascension. Le dernier kilomètre est indiqué à 8% mais les 700 premiers mètres de ce kilomètre sont raides avec un pic à 11% tandis que les 300 derniers sont presque plats. Ces 700m sont le moment le plus difficile de l’ascension car on voit le sommet juste là et ça fait encore travailler les jambes^^ Sur tout le dernier kilomètre j’ai continué de rattraper et de dépasser quelques cyclos.

Quel plaisir d’arriver au sommet pas fatigué, sans fringale sur 39-25 alors que je ne suis pas très en forme ! En plus j’ai eu droit au soleil et la superbe vue au sommet sur la mer de nuages des deux côtés^^

Des ascensions comme ça j’en veux tous les jours si possible:D

 

J’ai demandé à un autre cyclo de me prendre en photo puis je l’ai également pris en photo. J’ai profité du paysage avec la belle vue sur le Pic du Midi.

 

Au sommet, vue sur le Pic du Midi plein centre :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 032

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 035

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 037

 

Mer de nuages côté Arreau :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 040

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 042

 

Alors que j’étais au sommet, d’un seul coup un fort vent de nord s’est mis à souffler, la température a chuté très rapidement alors qu’il faisait 21°C.

Je suis vite reparti et après 500m de descente je me suis arrêté pour prendre d’autres photos (hé oui c’était très beau^^). Et là je vois tous els nuages de la vallée qui remontent et le sommet de la Hourquette qui se retrouve dans les nuages alors que 1 minute avant j’étais encore au soleil au pied du panneau. Me voilà donc parti pour la suite de la descente.

 

Le sommet qui disparait dans les nuages alors que je viens de partir :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 046

 

Juste avant le kilomètre à remonter à 6,5%, je me suis arrêté pour caresser les ânes qui étaient juste là. Puis j’ai attaqué la remontée, pas de soucis pour les jambes. Et ensuite j’ai continué la suite de la descente.

Et là en fait les nuages qui revenaient par dessus les sommets alentours étaient en train de baisser en même temps que je descendais, ce qui faisait que j’étais seulement quelques mètres sous le plafond nuageux qui baissait mais vu que je perdais aussi de l’altitude, je n’étais donc pas dans le brouillard. C’était vraiment une sensation étrange.

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 047

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 048

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 049

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 052

 

Dans le kilomètre de remontée, photo prise en vol sur ma droite légèrement derrière moi :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 055

 

Juste après la remontée, c’est reparti pour la suite de la descente (avec la partie à 12% qu’on voit sur le lacet en bas), je vais éviter de rouler dans le brouillard de justesse :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 056

 

J’ai fait une belle descente. Quand je voyais tous les cyclistes que je croisais et qui grimpaient sous les nuages et allaient dans le brouillard, j’étais bien content d’avoir eu le soleil !

Quand je suis arrivé sur Payolle, j’ai fait le détour sur les quelques centaines de mètres de caillasse pour aller voir le lac de Payolle. D’ailleurs sur la photo du lac on voit bien à quel point les nuages sont bas.

 

Le lac de Payolle :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 058

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 061

 

Alors que j’étais gelé sur le début de la descente en quittant la Hourquette, là ça allait mieux une fois Payolle passé.

A ma grande surprise et satisfaction, à Payolle le vent ne soufflait plus et j’ai pu continuer de descendre tranquillement jusqu’à Sainte Marie de Campan.

Là, l’absence de vent s’est confirmée et j’ai apprécié. Me voilà en train de pédaler dans la vallée pour rentrer.

Vu qu’au sommet je ne m’étais pas ravitaillé, je m’attendais à commencer à avoir faim tôt ou tard. Et pourtant tout va aller pour le mieux. Une fois Bagnères passé, le vent s’est de nouveau levé, un vent de nord donc de face mais qui restait modéré, ouf !

 

Deux sorties en montagnes en deux jours avec des ascensions au soleil mais sans avoir pu voir une seule fois les montagnes depuis la plaine :

 

Photos Hourquette d'Ancizan le 9 mai 2014 062

 

Alors que j’approchais de la maison, je me suis dit que ce serait cool de passer les 100 km pour cette sortie. Or l’aller retour de chez mes parents à la Hourquette d’Ancizan fait 95 km. Du coup je cherchais à faire un détour pour faire les 5 km supplémentaires. Et c’est donc à même pas 500m de la maison que j’ai pris un chemin très étroit et que je savais très raide pour monter sur les côteaux de Barbazan-Debat avant de rouler sur la crête et redescendre de l’autre côté, ce détour fait pile 5 km.

Et me voilà donc parti pour monter sur les coteaux. Une côte super raide !! 1 km à 13% de moyenne avec un pic à 16% puis 500m à 9% pour déboucher en haut.

Le chemin est couvert de gravillons. Sur les forts pourcentages (que je connaissais) je me demandais ce qui m’avait pris alors que j’aurais gentimment pu faire un détour de 5 km sur du plat^^ Les jambes ont bien tiré dans la partie raide mais sitôt revenu sur du 9% ça allait de suite mieux. J’ai continué sur la crête pendant 1,5 km de montées et descentes successives puis ensuite une belle descente de 1 km et 1 km avec une petite côte et une descente pour rejoindre la maison avec 100 km au compteur.

 

Voilà une excellente sortie qui fait du bien au moral ! 100 km et 1650 m de D+ avec les paysages sublimes de la Hourquette d’Ancizan et surtout la chance d’avoir pu faire l’ascension au soleil sur les 9 derniers kilomètres !! Par ailleurs j’ai pu tenir sans trop de problème le 39-25 et les 110 km de la veille avec l’ascension du col de Tramassel n’ont pas du tout pesé dans les jambes.

A noter aussi que sur les 100 km je n’ai mangé qu’une seule pâte de fruit juste avant l’ascension. La veille j’avais bu mon bidon de grenadine ainsi qu’une petite bouteille d’eau, là je n’avais même pas fini mon bidon de grenadine.

 

Cette sortie n’a fait qu’amplifier ma motivation pour enchainer le lendemain sur une 3e sortie mais le week end passant, j’avais aussi beaucoup d’autres choses à faire, j’ai donc annulé l’enchainement d’une 3e sortie d’affilé…

 

Vivement la prochaine sortie pyrénéenne !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>