«

»

Juil 26

Col de la Courade : informations et profil

Le col de la Courade est un petit col se situant dans la vallée de Campan et culminant à 1315m d’altitude. Ce n’est pas un col très connu car il ne permet pas de changer de vallée. Le versant par lequel je l’ai monté est celui au départ de Rimoula. C’est un lieu dit se situant entre Campan et Sainte Marie de Campan sur la route du col d’Aspin et du Tourmalet. L’autre versant est au départ de Beaudéan, environ 2 kilomètres au nord de Campan. La route est globalement étroite et l’état de la chaussée est plutôt moyen. Beaucoup de gravillons se trouvent sur la fin de l’ascension. Côté Beaudéan, il y a des caniveaux métalliques en travers de la route tout les 50 mètres, ce qui rend la descente très pénible puisqu’il faut constamment freiner pour passer ces caniveaux en dessous de 20 km/h. C’est un peu comme le col du Couret dont la descente est très pénible.

 

Versant par Rimoula :

 

Par ce versant, l’ascension est longue d’environ 8 kilomètres à 8% de moyenne environ. Lorsque l’on est sur la D935 en direction de Sainte Marie de Campan, au lieu dit « Rimoula », il faut tourner à droite sur la D 154 (je confirmerai cette info) en direction de « Le Peyras ». La route se met presque directement à monter aux alentours de 8 à 9%. Quelques hameaux sont traversés tout au long du début de l’ascension. La route n’est pas extrêmement sinueuse, bien sûr il y a quelques virages mais sans plus. A un moment, la vue sur la vallée se dégage et on peut voir Beaudéan, Bagnères et Tarbes au fond. Je ne connais pas le pourcentage de chaque kilomètre. Mais régulièrement il y a des replats qui permettent de souffler pendant 100 à 150 mètres avant de ré-attaquerPhotos-Tour-de-France-et-col-de-la-Courade-le-20-j-copie-10 un raidillon assez raide. De nombreux chemins de randonnées pédestres partent de cette route qui est très peu fréquentée. La plupart du temps, il y a soit des arbres soit des maisons sur les bords et de ce fait le paysage n’est pas génial à part la vue sur la vallée que l’on a à un seul endroit. A un moment, le cycliste arrivera au niveau d’une barrière canadienne à côté de laquelle se trouve un panneau annonçant une route privée aux risques et périls de l’usager.Photos Tour de France et col de la Courade le 20 j-copie-11 Là, il faut continuer tout droit toujours. Vers la fin de l’ascension en plus des gravillons, il y aura des caniveaux en travers de la route régulièrement.

Normalement le point haut de la route se situe à 1315 mètres d’altitude et il faut redescendre légèrement à 1295 mètres pour arriver au col proprement dit. Cependant moi lorsque je l’ai monté je n’ai trouvé aucun panneau indiquant le sommet du col et de ce fait je ne sais pas exactement où il se situe. C’est pour cela que je n’ai pas plus de photos…

 

Pour conclure, ce n’est pas un col qui vaut le coup d’être monté. Si vous voulez monter un col pas trop dur dans la vallée c’est le col d’Aspin ou la Hourquette d’Ancizan qu’il faut monter. C’est un peu plus long comme ascension mais beaucoup plus joli et agréable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>