4 avril 2021 (9e sortie) : col de Spandelles et col du Soulor avant le confinement

Pour ce dimanche 4 avril, le programme s’annonce chargé. J’ai envie de pédaler, mais il y a aussi le Tour des Flandres à la télé l’après midi et ça c’est sacré !!

Autre soucis, cette sorte de troisième confinement mis en place avec l’interdiction d’aller au delà des 10 kilomètres. Mouais et pourtant pour ce week end de Pâques, les gens sont autorisés à aller en famille et partir en week end… Et donc à côté, moi je ne pourrai pas être sur mon vélo tout seul sans embêter personne ? Pffff, tant pis, moi je serai sur mon vélo en montagne pour ce dimanche matin !

Je compte partir tôt pour rentrer tôt pour le Tour des Flandres. Mais j’ai aussi envie de faire une belle sortie. Mais je suis aussi très fatigué, la semaine fut bien chargée et la veille au soir je suis rentré tard du travail…

J’ai un mal fou à me lever le matin, je compte quand même partir tôt. Autre soucis, comparé aux jours précédents, les températures ont drastiquement baissées et il fait un froid glacial de bon matin…

Je prends mon petit dej et me prépare. Je prends mes gros gants d’hiver et mes gants courts dans le sac au cas où la température monte. Veste thermique bien sûr, l’écharpe dans le sac. Il fait encore nuit, je mets le gilet jaune et l’éclairage sur le vélo.

Allez zou, je pars dans la nuit glaciale. Il est 7h15. Je souhaite faire un enchainement dans la vallée des Gaves, grimper le col de Spandelles (1378 m) par Argelès, descendre de l’autre côté et revenir par le col du Soulor (1474 m) par Ferrières. Normalement il y en a pour plus de 120 kilomètres. On va voir car 2 jours auparavant j’étais un peu cramé sur le vélo et aujourd’hui j’ai l’impression que ce ne sera pas mieux.

C’est parti, je suis gelé !!

Si tôt il n’y a pas grand monde sur les routes dans la traversée de Tarbes ni même sur la route de Lourdes. Rapidement malgré mes gros gants et mes chaussettes, le fait d’avoir des températures froides juste dans l’ambiance, fait que mes engelures aux doigts et aux orteils se sont réveillées, je commence à être habitué mais ça fait très très mal… Je n’en vois pas le bout…

En 45 minutes j’arrive à l’entrée de Lourdes, j’ai plutôt bien pédalé jusque là. Il est encore tôt, mais pour un dimanche de Pâques, voir si peu de circulation à Lourdes, c’est assez impressionnant… Et ça le sera encore plus au retour !

Je prends la voie verte qui mène jusqu’à Argelès. Je fais un arrêt pour caresser les ânes et leur dire bonjour. J’enlève mon gilet jaune aussi maintenant que le jour est levé. Et je repars. Le lever de soleil sur les montagnes est magnifique. Mais j’ai toujours froid et je ne sens pas mes orteils…

Bonjour les cocos !!
C’est magnifique !!

Je surveille aussi l’heure car mon timing est serré.

A Argelès, c’est parti. Déjà la rampe à 9 % pour sortir de la ville. Je sens que les jambes sont meilleures qu’il y a 2 jours et je monte sur 39×25 en ayant moins l’impression de forcer. Mais ce ne sont pas non plus des supers jambes.

C’est parti pour 16 kilomètres jusqu’au sommet du col. Un col irrégulier avec des kilomètres à 9 %, des longues portions à plus de 12 % et des kilomètres de replats à moins de 4 %. Petite route étroite, devenue route départementale depuis l’été dernier et avec des panneaux sur les 12 derniers kilomètres.

Ce n’est que la troisième fois que je le grimpe ce col.

Je m’attendais à être plus au calme que ça, mais pas mal de voitures passent pour aller randonner au sommet. Beaucoup de 33, 47, 17, 44, 40… Hé bien je suis bien content d’être sur mon vélo.

Je suis content de passer sur 39×25 toutes les portions raides sans être trop dans le dur non plus, juste le long passage à 16 % juste avant le dernier kilomètre qui m’a fait bien tirer sur les guidons quand même^^

Au sommet, j’apprécie la petite vue bien sympa. Il y a beaucoup de voitures garées.

Seulement la 3eme fois
C’est beau au sommet, mais je suis encore gelé…

Je grignote un peu, mais je suis complètement gelé et je ne bois pas d’eau encore car elle est trop froide… Allez je ne réfléchis même pas si je suis en jambes pour un deuxième col ou pas, je commence la descente de l’autre côté. Route très très étroite, en mauvais état et pentue avec des lacets. Je suis prudent. Les sensations de la descente me rappellent un peu celles du col de Sarenne dans les Alpes.

Je fais une descente prudente, je dépasse à peine les 30 km/h. En plus la route est gelée par endroits, décidément pour mes engelures, mon tempérament cycliste ne convient pas^^

C’est très encaissé et plus je descends, plus je ressens le froid.

Une fois en bas de l’autre côté, vite vite, arriver dans le col du Soulor pour me réchauffer. Pffff, en général au bout d’un moment la température monte mais là pour le coup ça diminue encore… Plus de 60 kilomètres et il y a encore du givre. Je ne suis qu’à 2 kilomètres de Ferrières. De là je n’ai plus le choix, il faut grimper un col pour rentrer, ce sera le col du Soulor.

J’aime beaucoup ce versant, 12 kilomètres d’ascension à 7,5 % de moyenne.

Je commence l’ascension avec beaucoup d’envie. Je m’y sens bien. Je remonte légèrement en température. Mais par contre je sens gentiment la fringale arriver et aussi le manque d’eau car je n’ai pas bu depuis le début, mais l’eau est glacée dans mon bidon.

Je sens mes jambes qui s’éfilochent au fil des kilomètres et les 5 derniers kilomètres avec vue sur le Cirque du Litor, me demandent de m’employer un peu plus. Je bois une première gorgée d’eau au 70 eme kilomètre, manquerait plus que j’ai une crampe. Mais c’est froid toujours…

Mais même si je commence à tirer la langue, je grimpe toujours sur 39×25 et au final, j’arrive à relancer. Je me fais plaisir même quand les jambes ne sont pas top dès le début, c’est cool.

Au sommet, le paysage est toujours agréable. Il s’agit de ma 25eme ascension du col du Soulor !

Ma 25eme ascension du col du Soulor !

Mais je ne m’attarde pas, je veux rentrer et il y a encore 53 kilomètres à avaler^^

Je me fais plaisir dans la descente sur cette belle route, ça change de la descente du col de Spandelles.

Mais sitôt la descente terminée, je me retrouve avec un énorme vent de nord qui s’est levé. Non seulement il est froid mais il est de face. Une fois revenu sur la voie verte à Argelès, par moment je suis collé au goudron, l’herbe est aplatie par le vent. Ben dis donc, pas de chance depuis quelques jours à la mi journée ça se lève… Je pédale à bloc comme je peux dans ce vent, je sens que les jambes travaillent là^^

36 kilomètres vent de face…

A Lourdes, il est presque 13 h, c’est assez incroyable, mais en ce dimanche de Pâques, c’est probablement la fois où je traverse la ville le plus tranquillement, presque personne aux feux rouges, pas de problème pour prendre les ronds points. C’est assez dingue…

J’ai terminé mes dernières gorgées d’eau entre Lourdes et Tarbes, là il commençait à faire sacrément chaud, décidément^^

Les 10 derniers kilomètres pour entrer dans l’agglo ne sont pas les plus agréables et ça m’a paru un peu long.

Mais ça fait plaisir une sortie comme ça, 128 km et 2300 m de D+ avec 2 cols.

L’après midi c’était, bière, chocolat, chips devant le Tour des Flandres pour se rappeler les bons souvenirs de ces routes.

Et c’est parti pour le 3eme confinement, plus de sortie pendant 1 mois…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.