21 octobre 2018 (38e sortie) : col du Tourmalet par une sublime journée d’automne

Après 3 semaines sans pouvoir aller pédaler en montagne, c’est la reprise par une belle journée d’automne !! Et tant qu’à faire, direction le col du Tourmalet (2115 m) !! Ce sera peut être le dernier de l’année avant la neige et en plus ça fait 1 mois que je n’y suis pas allé, une éternité !!

Je ne sais pas comment seront les jambes mais l’objectif est de s’éclater au maximum et d’apprécier cette belle journée 🙂

Le lever de soleil est de toute beauté en partant le matin. Je pars avec la randonneuse et surtout le sac plein d’affaires que je dois apporter d’abord à mes parents. 10 km à me casser le dos.

Déjà je sens les jambes lourdes, je sais que je ne les aurai pas plus tard, au moins je suis prévenu, va falloir se faire mal aux jambes.

Une sublime journée qui s’annonce sur les Pyrénées !

 

Je passe déposer tout ça et prévoyant comme j’ai été, j’ai pu changer de monture et continuer avec le vélo de route.

Il fait très frais voire même froid de bon matin et je me sens un peu tétanisé. Le coup de pédale est lourd et les kilomètres défilent plus lentement que d’habitude^^ Mais après 3 semaines, c’est normal je dirais.

Les couleurs sont sublimes et ça fait diversion en approchant du fond de la vallée. Je suis surpris de ne croiser aucun autre cycliste en direction des montagnes.

On continue de remonter la vallée

Le Montaigu veille sur son trône.

 

Bagnères est passé, Campan arrive, j’ai l’impression d’être déjà fatigué^^ Juste à l’entrée de Sainte Marie de Campan, je rattrape mon premier cycliste et en le dépassant il me lance « Idris !! », je ralentis et on discute. On s’est croisé 1 fois à Tarbes, c’est le voisin d’un autre cycliste que je connais et que je croise régulièrement au marché de Tarbes. Le monde est petit. Il part vers le Tourmalet aussi du coup nous pouvons pédaler de concert sur le début.

Il souhaite se faire une sortie de 2h30 et il fera demi tour quand ce sera l’heure. Jusqu’à Gripp sur les 4,5 premiers kilomètres la pente est roulante et nous pouvons rouler côte à côte et échanger.

Une fois à Gripp, il reste 12,5 km à 9 % de moyenne et là nous nous saluons car je suis aussi pressé car je souhaite rentrer pour le repas du midi pas trop tard, du coup je pars devant à mon rythme mais léger quand même.

Je mets tout à gauche et je tourne les jambes.

Les couleurs d’automne sont sublimes !! La luminosité n’est pas du tout la même qu’en plein été ou qu’au printemps et c’est toujours génial ce genre de changement.

Il fait doux et je fais l’ascension en manches courtes.

Couleurs d’automne sublimes dans le Tourmalet !

 

Le rythme est régulier sur le début mais à 7 km du sommet juste avant les paravalanches, les jambes sont vraiment lourdes. Les kilomètres me paraissent longs, je relance tantôt debout, tantôt assis, je n’ai plus de rythme. Alors je profite du paysage en oubliant la lourdeur et l’acide lactique dans les jambes.

J’essaye de le savourer en me disant que c’est peut être le dernier de l’année.

Pour agrémenter le final il y a un hélicoptère de la gendarmerie qui vole à basse altitude et qui fait des allers retours. Je me demande bien ce qu’il fait… Je l’apprendrai le lendemain malheureusement.

ça pèse dans les jambes ce coup-ci, c’est la reprise !

La Mongie est en vue

 

J’arrive aux 2 kilomètres, ouf ça y est il y a quelques lacets à se mettre sous la dent pour changer des lignes droites.

L’air du sommet aide à avancer et je commence à planer en me disant qu’en fait après 3 semaines, c’est quand même une bonne reprise là dessus.

Le sommet approche

 

Le dernier virage (la photographe n’est plus là), les derniers mètres sont bien raides mais c’est bon, j’arrive au sommet !!

Que c’est bon d’y être comme à chaque fois !! Ce coup-ci el Géant n’est plus là, il a été descendu 3 jours avant.

J’ai mis 1h42 pour faire l’ascension, 29 minutes de plus que mon record perso, une éternité^^ ça faisait longtemps que je n’avais pas mis autant de temps mais ça fait du bien aussi des montées comme ça où il faut s’arracher.

Je savoure d’être tout seul au sommet, après l’avoir tant monté dans l’agitation estivale, c’est agréable d’être là sans presque personne.

Le paysage est superbe aussi.

Il s’agit de mon 21eme de l’année et de mon 72eme au total.

Vue sur le versant Barèges depuis le sommet

Mon 21eme de l’année et mon 72eme au total

 

Il faut que je songe à rentrer pour le repas. J’enfile mon k-way et c’est parti pour la descente. Quelques arrêts photos et je me fais aussi plaisir avec des belles pointes !!

Vue sur La Mongie depuis le dernier virage

Mais je suis cramé, je n’ai plus de jambe et le retour dans la vallée et la plaine va paraitre un peu long^^

Ce n’est pas fâché que j’en termine à la fin. 110 km et 2100 m de D+, on sent que la saison est passée mais ça dérouille et j’espère revoir à nouveau la forme augmenter pour le mois de novembre !!

(en plus je ne le sais pas encore, mais ce n’était finalement pas le dernier Tourmalet de la saison !!)

Quant à l’hélicoptère qui volait à basse altitude au dessus du Tourmalet, il était à la recherche d’un randonneur porté disparu qui a été retrouvé ce jour là vers midi soit à peu près l’heure à laquelle j’attaquais la descente. Le randonneur était un jeune cycliste de l’ACBB, le club de Bagnères. J’avais eu l’occasion de le croiser quelques fois à vélo. Il est décédé après une chute sur le secteur du col de la Courade au dessus de Campan…19 ans…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.