«

»

Août 04

Mont Ventoux : informations et profil

Le Mont Ventoux!! Un mythe pour les cyclistes! Un lieu de légende! J’avoue que je suis très heureux de pouvoir faire la description d’un de ses versants puisque je l’ai monté. Il y a tant de choses à dire sur le Géant de Provence!!

Tout d’abord, cette ascension est réputée comme étant parmi les plus dures de France. La position géographique rend cette montée particulièrement pénible en raison de la chaleur (région PACA) et du vent (qui souffle à plus de 90km/h 2 jours sur 3 sur le sommet, le record est de 320km/h en 1967), en plus du profil raide.

L’apparence du Mont est particulière avec cette forêt d’abord puis ensuite, un sommet dénudé plein de rocaille qui donne l’impression de neige éternelle.

Pour la légende, le Mont Ventoux peut dire merci aux courses cyclistes : Tour de France, Paris Nice et Dauphiné Libéré pour les plus connues.

Lors du Tour de France, tant de drames et d’exploits se sont succédés sur ces pentes!! Il a été au programme du Tour en 1951 pour la première fois. Louison Bobet y a gagné une étape passant par le Ventoux en 1955, il était pris de folie presque le soir à l’hôtel, tellement il souffrait, Merckx en 1970 a du être oxygéné après sa victoire, Poulidor y a fait une belle performance en 1965. Jean François Bernard a réalisé l’exploit de sa carrière contre la montre en 1987! Poli, le sprinteur absolument pas grimpeur y a gagné une étape en 1994 après que le peloton lui eut laissé trop d’avance dans la plaine!! Arsmtrong y a laissé une victoire à Pantani en 2000, geste qu’il a toujours regretté et que Pantani n’a pas digéré non plus car son orgueil de champion avait été touché… Virenque y réussit un splendide exploit dans la deuxième partie de sa carrière en 2002.

Mais à côté il y a eu des défaillances et des drames. Malléjac en 1965, inconscient pendant de longues minutes a pu être réanimé et évacué en ambulance mais le nom qui résonne le plus avec le Mont Ventoux c’est bien celui de Tom Simpson, décédé à moins de 3 kilomètres du sommet en 1967! Il était 7e du classement général mais dans un état de fatigue avancé à cause de l’enchainement des courses car il voulait amasser un maximum d’argent. Depuis le début du Tour il était alimenté au compte goutte par perfusion tellement il était fatigué!!!! De fait pour tenir, il utilisait beaucoup d’amphétamines…trop… Par cette forte chaleur, ce 13 juillet 1967, il s’est mis à zigzaguer, il est tombé une première fois et des spectateurs l’ont remis en selle…geste qui l’a tué mais comment pouvaient-ils le savoir… Simpson retombe quelques centaines de mètres plus loin et ne se relèvera plus. Le mélange amphétamines + chaleur ne lui a laissé aucune chance. Le matin même, le médecin du Tour avait prononcé une phrase prémonitoire…

Bref voilà un lieu de légende et mythique qui inspire la peur au cycliste. C’est peut être LA montée qui inspire le plus de peur aux cyclistes en France…

Pour ma part je ne cache pas que la veille de la montée j’étais pratiquement angoissé on peut dire…

Le Mont Ventoux est situé dans le département du Vaucluse (84) qui se trouve dans la région Provence Alpes Côte d’Azur. Il culmine à 1912m et est considéré presque comme une anomalie, une boursouflure de la Terre à cet endroit… Marseille n’est qu’à 95km et els Alpes sont toutes proches.

Pour monter au sommet à 1912m d’altitude, il y a 3 versants possibles.

 

Le premier versant que je vais décrire puisque je suis monté par là, est au départ du village de Bédoin à 296m d’altitude. C’est le versant le plus célèbre et le plus difficile. Il peut se découper en trois parties.

La première portion, la plus facile dès le départ de Bédoin. Durant 5,5 kilomètres environ, la pente ne dépassera pas les 6%. La route va serpenter au milieu des vignes et passer par quelques hameaux.

La deuxième partie, la plus difficile et la plus longue commence au virage en épingle à gauche à Saint Estève. D’un seul coup la pente se cabre aux alentours des 9% et là c’est parti pour 10km à plus de 9% de moyenne (je ne sais plus si c’est 9,3 ou 9,6…). Les deux premiers kilomètres sont à 9% avant le suivant qui est à 10,5%, les deux suivants à 8,5% et 9% sont toujours assez raides. J’ai lu une phrase qui dit que si on passe cette première partie de portion raide sans trop souffrir, on a toutes les chances d’arriver en haut sans trop souffrir…(pour moi ça s’est vérifié). Après cette première moitié de partie raide, il y a un virage en épingle. Le seule de ces 10km! La suite est toujours assez raide tout le temps à 9% jusqu’au Chalet Reynard qui marque la fin de cette portion de 10km très raides! Durant ces 10 kilomètres, la route monte dans une forêt de conifères d’abord puis de pins ensuite. Le sommet est ainsi masqué sauf vers la moitié où il est visible quelques mètres. De nombreux rails de sécurité bordent la route en raison des courses automobiles qui s’y disputent.

Le paysage est très sec, c’est la garrigue. Juste avant le Chalet Reynard, il y a des chalets sur la droite de la route dans la forêt, c’est assez sympa à voir et en arrivant au Chalet Reynard, il y a un replat de 200m environ, seul replat de toute la montée.

La partie la plus raide est faite mais il reste un gros morceau encore. A partir du Chalet Reynard (1420m) il reste environ 7 kilomètres à travers la rocaille. La forêt s’arrête brusquement dévoilant ainsi un paysage splendide sur la plaine avec vue sur le sud!! Ces derniers kilomètres sont entre 7 et 8% de moyenne avec un avant dernier kilomètre à plus de 10%. C’est sur cette portion qu’il faut faire très attention au vent!! La route est en courbes jusqu’au sommet. Selon les courbes, le cycliste voit la plaine en bas, soit le sommet en haut. Mais le paysage splendide aide à ne pas faire une fixation sur la pente.

Juste après la borne indiquant le sommet à 1km (borne mal placée puisqu’il reste plus d’un kilomètre encore), on passe devant la stèle de Tom Simpson dans un kilomètre très raide. Très belle stèle avce des marches pour y monter et un paysage impressionnant. Quelques dizaines de mètres après, on passe devant la stèle de Pierre Kraemer, capitaine de route de l’Union des Audax français qui a décidé de se laisser mourir là haut car il était semble-t-il atteint d’un cancer. Quelques centaines de mètres plus loin, le cycliste arrivera au col des Tempêtes (1841m). De là on a une vue sur le nord également avec les Alpes. C’est un avant goût de la vue que l’on aura au sommet! Le dernier kilomètre se passe facilement en raison du sommet tout proche qui motive! A quelques centaines de mètres il y a les premiers bâtiments du sommet et on passe devant une table d’orientation puis c’est le dernier virage en épingle à droite. Monstrueux ce virage!! Impressionnant à voir tellement il est raide! Il est suivi de quelques dizaines de mètres très raides et ça y est c’est le sommet! Dans un décor splendide, juste devant la tour de l’ancien observatoire. La vue est imprenable avec au sud la plaine et au nord les Alpes avec vue sur le Mont Blanc!! Au total par Bédoin c’est presque 22 kilomètres à 7,6% de moyenne!

 

Un autre versant, par le nord, au départ de Malaucène, est lui aussi réputé très difficile mais un peu plus facile que par Bédoin en raison des replats qui sont plus nombreux et plus fréquents. Au niveau du paysage c’est vraiment magnifique aussi par là!

 

Le troisième versant est au départ de Sault. C’est le côté le plus facile puisqu’il est long de 26 kilomètres avec les 19 premiers qui ne dépassent pas les 7%. Ce versant rejoint la route au départ de Bédoin au niveau du Chalet Reynard.

 

 

Profil par Malaucène :

 

L’ascension du Mont Ventoux par Malaucène est la deuxième plus connue après celle par Bédoin. Ce versant nord est probablement le plus beau au niveau des paysages. Il est également un peu plus facile que le versant sud par Bédoin. Cependant l’ascension reste très difficile avec 21,6km d’ascension pour presque 1600m de dénivelé positif.

Ce sont presque les mêmes caractéristiques que par Bédoin.

Les deux premiers kilomètres à la sortie de Malaucène sont raisonnables et permettent une tranquille mise en jambes sur des pentes entre 4 et 6%. Le ton change pour les 3 kilomètres suivants où la pente se situe entre 7 et 10%. Sur cette première partie, la montée se fait sur une route large en grandes courbes ce qui n’est pas forcément agréable en vélo.

Heureusement ce qui rend cette ascension assimilable plus facilement ce sont ces portions moins raides qui permettent de souffler. En effet, après ces 3 kilomètres raides, un kilomètre à 5% permet de souffler avant une reprise en douceur sur 4 kilomètres entre 6 et 7% jusqu’à environ 990m d’altitude où se situe un belvédère d’où la vue sur la Drôme est magnifique. Ce belvédère marque aussi le début des grosses difficultés!

En effet, une impressionnante rupture de pente au niveau du belvédère fait passer le cycliste sur une rampe de 4km à 10,5% de moyenne avec notamment un kilomètre à 12%. Cette portion est en ligne droite et en larges courbes hormis deux virages serrés en « S », ce qui n’arrange pas les choses. Juste après, le cycliste appréciera le replat d’environ 400m qui mène au Chalet Liotard non loin de la station du Mont Serein.

Là il reste encore plus de 6km d’ascension. La route va alterner des lignes droites et des virages en épingle qui vont donner du rythme à l’ascension. Pendant environ 3 kilomètres la pente va rester entre 6 et 7%. Les 3 derniers kilomètres sont bien plus raides avec notamment les 2 derniers à environ 10%.

A 2,5 kilomètres du sommet, on sort de la forêt et devant nous en haut, surgit le sommet du Mont Ventoux avec son observatoire qui paraît inaccessible. Et la route qui y mène en lacets paraît très raide. Mais il n’en est rien quand on est dessus (enfin de mon point de vue).

A partir de la sortie de la forêt, la vue devient magnifique non seulement sur le sommet mais aussi sur la plaine et la Drôme.

Les derniers lacets raides se passent assez vite jusqu’au dernier virage à gauche qui passe non loin du radôme (qui servait à protéger le radar qui surveillait l’arme nucléaire quand celle-ci était dans la région) qui paraît facile.

Cependant quand on arrive au sommet on est tout de même content.

 

Pour ma part j’ai eu l’occasion de faire cette ascension le 1er mai 2012 après celle par Bédoin et j’ai vraiment pu voir sur le terrain que ce versant est moins difficile que celui par Bédoin malgré les forts pourcentages.

 

 

Profil par Sault :

 

Voici le 3e versant du Mont Ventoux. Le plus long et le plus facile également! Il se situe au sud-est et rejoint le versant sud par Bédoin au niveau du fameux Chalet Reynard. De ce fait les 6,5 derniers kilomètres après le Chalet Reynard sont identiques au versant par Bédoin et sont décrits plus hauts.

L’ascension est longue de 26 kilomètres.

On quitte Sault par une courte descente avant de commencer à monter sur des pentes douces à travers d’abord la plaine de Sault puis le début du Mont Ventoux. Sur les 20 premiers kilomètres jusqu’au Chalet Reynard, la pente n’excède pas les 7% hormis quelques courtes portions à 9%. La plupart des kilomètres sont entre 5 et 7%.

La montée peut paraître longue, le paysage n’est pas à proprement parler, magnifique. La route est souvent dans la forêt et ce n’est qu’à quelques kilomètres du Chalet Reynard que ça se dégage. Un belvdère permet d’avoir un panorama sur les Plateaux de Vaucluse, la montagne de Lure et le Lubéron. Les derniers kilomètres avant le chalet sont à découverts et exposés au vent, surtout en lignes droites et en courbes. Le sommet du Mont Ventoux n’est visible qu’à partir du Chalet Reynard. Là, la route rejoint celle de Bédoin et c’est parti pour les 6,5 derniers kilomètres à travers la rocaille et exposés au vent sur des pentes entre 6 et 10% avec quelques passages raides sur la fin. Les grandes courbes en « S » donnent une dimension particulière sur ce lieu mythique.

L’état de la route entre Sault et le Chalet Reynard est très moyen et dans la descente ce n’est absolument pas agréable.

Pour ma part c’est le versant que j’aime le moins. La fin est difficile à encaisser car elle est plus dure que le début en terme de pourcentages alors qu’en venant de Bédoin elle est moins dure que le début et s’encaisse plus facilement.

Il n’en reste pas moins que ça reste un lieu mythique bien que ce dernier versant ne soit pas des plus prestigieux, il faut le gravir quand même.

 

J’ai eu l’occasion de monter le Mont Ventoux pour la première fois le 26 juillet 2011 par Bédoin. Par la suite j’ai pu le monter par les 3 versants à la suite le 1er mai 2012.

 

 

Photos côté Bédoin :

Photos-Mont-Ventoux-le-26-juillet-2011-005

 

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 013

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 014

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 021

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 017

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 023

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 025

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 026

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 027

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 028

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 037

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 039

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 040

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 044

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 045

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 050

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 051

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 052

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 053

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 055

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 058

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 059

 

Vue depuis le sommet :

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 073

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 079

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 080

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 081

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 082

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 083

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 085

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 086

 

Le Mont Blanc (4e pic en partant de la droite, le plus pâle)

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 088

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 089

 

Le plateau du Vercors :

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 090

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 091

 

Côté Malaucène :

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 092

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 093

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 094

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 095

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 096

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 097

 

Vue depuis le Belvédère :

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 098

 

Photos Mont Ventoux le 26 juillet 2011 100

4 pings

  1. Parcours du Tour de France 2016 » velomontagne

    […] plus tard, et nous nous retrouvons au 14 juillet avec une étape reliant Montpellier au sommet du Mont Ventoux (1912m) tout simplement. Il se situe entre les deux principaux massifs montagneux. Espérons juste ne pas […]

  2. Nouvelle déco pour le vélo de velomontagne !! » velomontagne

    […] Mont Ventoux : grimpé 9 fois plus une fois jusqu’au Chalet Reynard, il a été le lieu central d ema plus grosse sortie en vélo à ce jour, il y a 5 ans, avec l’ascension par les 3 côtés à la suite sans oublier le col de Murs et le col de la Liguière également. 225 km et 5500m de D+. Une sortie inoubliable !! […]

  3. Le périple de 2017 !! – velomontagne

    […] vrac, voici quelques unes des ascensions que j’ai réalisées : Mont Ventoux, Saint Gothard, Stelvio, Gavia, Ghisallo, Puy de Dôme, Grand Colombier, il y en a eu pas mal […]

  4. 17 juillet 2017 (22e sortie) : J1- Mont Ventoux – velomontagne

    […] nous avions donc prévu d’aller au Mont Ventoux (1912 m) le lundi 17 juillet, ce qui sera ma première vraie journée du périple qui doit se terminer le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>