Jan 13

1er novembre 2017 (52e sortie) : col du Tourmalet par Luz

Une très belle journée de nouveau sur les Pyrénées pour ce premier jour de novembre. Le froid ne va sûrement pas tarder à arriver.

Le programme de la journée va être chargé.

Tout est parti du samedi précédent, le 28 octobre. Ce jour là j’avais grimpé le col du Tourmalet (2115 m) et rencontré Emmanuelle au sommet. L’histoire était sympa et le soir, Robin, qui l’avait hébergé la veille au soir, me propose de la revoir le 1er novembre pour lui faire une surprise si elle était encore dans une vallée pas trop loin car c’est le jour de son anniversaire.

Il se trouve qu’elle est encore au fin fond de la vallée des Gaves ce jour là (Luz Saint Sauveur, Gavarnie).

Je réfléchis et essaye de voir comment je peux m’organiser, l’agenda était plus que bien rempli mais j’avais pas mal d’engagements en attente dans la vallée et notamment des commandes pour mon entreprise sur Juillan, Lourdes et Argelès que j’avais mises en attente en attendant d’avoir une bonne raison d’y aller et de grouper tout ça. Je programme tout ça, j’appelle les personnes en question et tout est calé pour ce 1er novembre du coup. Mais ça va être tendu car le soir en rentrant beaucoup de boulot va m’attendre pour le lendemain 6h. Mais tout est une question d’organisation.

C’est donc calé. La veille au soir Robin m’appelle pour me dire qu’il risque d’avoir un empêchement ce 1er novembre et on doit s’appeler le matin du 1er novembre pour en être sûr. Pour ma part je ne peux pas annuler, je dois dans tous les cas aller jusqu’à Argelès minimum.

Ce mercredi 1er novembre, la journée est superbe !!

Je prépare mon sac, il pèse un sacré poids !! 16 kg sur le dos… Il faut que je sois présentable pour les livraisons, du coup je pars en polo, bermuda jean et chaussures en toile. On va faire avec.

Il fait très frais de bon matin et j’ai les doigts engourdis. Mais dès les premiers kilomètres j’avais mal aux épaules avec le sac…

Après 10 km, j’arrive à Juillan, premier délestage de bouteilles chez la première personne, puis ensuite c’est à Lourdes, je cherche un peu avant de trouver.

La température monte lentement…

En partant, météo superbe !

J’ai toujours les doigts engourdis, il ne faisait que 4°C encore… La voie verte est bien pratique mais bien encaissée et au bord du Gave. A Argelès je suis un peu à l’avance pour mes livraisons. J’envoie un message à Emmanuelle pour savoir où elle en est. Puis je me mets sur un banc avec un rayon de soleil pour me réchauffer les doigts. 20 minutes plus tard c’est l’heure je peux aller chez la personne en question. Le sac s’allège petit à petit.

Emmanuelle qui a pu se délester des bagages ce jour, est dans la montée du cirque de Troumouse, on se retrouvera plutôt vers 13 h à Luz Saint Sauveur.

En approchant d’Argelès.

Il y a peu de circulation et pas de vent, remonter les gorges de Luz fut moins pénible que d’habitude. Tant mieux car c’est une route que j’évite de prendre en vélo, trop de circulation habituellement et c’est vraiment dangereux à certaines périodes. Les kilomètres défilent et les jambes vont bien c’est surtout le poids du sac le problème.

Dans les gorges de Luz.

A Luz Saint Sauveur, je passe saluer un ami puis je vais vers la sortie côté Gavarnie pour aller au pont Napoléon qui est ensoleillé. Idéal comme bureau de cette mi journée, il y a du réseau, je vais pouvoir passer mes coups de fil du jour avec mon agenda (j’ai tout sous la main). J’étais plutôt content d’avoir bien avancer cette partie là.

Le Pont Napoléon de Luz Saint Sauveur.

Sur le pont, qui sera mon bureau pendant quelques minutes.

Faut pas que je fasse tomber mon agenda^^

Emmanuelle se trouve entre Gèdre et Luz Saint Sauveur (8 km), je vais à sa rencontre sur le début de l’ascension vers Gèdre, pour lui laisser une bouteille de jus détox de ma fabrication. Quand on voyage en vélo, l’assimilation de l’alimentation c’est le plus compliqué.

Nous discutons quelques minutes mais l’heure tourne pour tout le monde, je dois encore rentrer également.

Nous retournons sur Luz Saint Sauveur. Emmanuelle repart vers Argelès, tandis que moi, maintenant que je suis là, je vais opter pour rentrer par le col du Tourmalet.

Je n’étais pas sûr de m’être bien ravitaillé durant la sortie, mais je serai vite fixé^^

Début du Tourmalet pour rentrer. Juste ça.

Il fait grand beau, chaud, c’est en manches courtes que j’attaque l’ascension. Le sac pèse encore sur le dos (7 kg, je le pèserai en rentrant). Le tout est d’arriver entier au sommet, du coup j’essaye de ne pas me mettre dans le rouge.

Les couleurs étaient sublimes. J’avais hâte d’arriver à la moitié de l’ascension à 9 km du sommet afin de passer Superbarèges pour me retrouver dans la portion plus sinueuse et plus jolie. Le début est une succession de longues lignes droites le long du Bastan et ce n’est pas forcément super agréable…

Les longues lignes droites de la première partie…

J’ai pris mon mal en patience en attendant d’arriver dans la 2eme partie. Et là j’ai adoré les couleurs d’automne au soleil déclinant !! La chance que j’ai d’être là quand même !!

Bon sur le dos ça pesait franchement lourd et j’avais beaucoup de mal à rester longtemps debout sur les pédales…

Les derniers kilomètres m’ont paru s’allonger et les derniers 500 mètres à 15% étaient là pour se terminer les jambes.

2eme moitié de l’ascension, c’est génial !

Le Pic du Midi veille sur nous.

Le sommet est juste là haut mais ça va être raide, il ne reste que quelques centaines de mètres.

Dans la dernière rampe à 15 %

Au mois d’août j’avais mis 1h22 pour faire l’ascension par ce versant, ce coup-ci j’ai mis 24 minutes de plus.

Mais j’étais bien content arrivé en haut. Mon 51eme Tourmalet après déjà une bonne palanquée de kilomètres. C’était vraiment génial.

Juste génial !! En super tenue en plus^^

Vue sur le versant Luz Saint Sauveur que j’ai grimpé.

C’est assez drôle de constater que c’est la 3eme fois en 4 ans que je grimpe le col du Tourmalet le 1er novembre (2014, 2016 et 2017), une date qui me réussi bien (en 2015 c’était le col d’Aspin).

Je ne me suis pas trop attardé, il y avait des espagnols qui faisaient beaucoup de bruit au sommet et surtout, j’avais encore 47 kilomètres pour rentrer et 3 h de fabrication m’attendaient le soir pour ma journée du lendemain…

Vue sur La Mongie.

Je me suis fait plaisir dans la descente, mais je commençais à sentir la fatigue sérieusement, un bon début de fringale^^

Alors que je déboulais à Sainte Marie de Campan et que j’ai ralenti au carrefour avec la route du col d’Aspin pour laisser la priorité, qui vois-je arriver de l’Aspin justement? Denis et un de ses potes !! Juste énorme le timing !!

Et pour le coup j’étais content de tomber dans la roue de Denis, je me suis abrité dans sa roue jusqu’à Bagnères, ça m’a fait du bien de souffler. Il faisait gaffe aussi de ne pas me lâcher parce que c’est facile de me lâcher sur des faux plats descendants^^

Juste à l’entrée de Bagnères on s’est séparés, j’ai remercié Denis, ils ont pris la petite route tandis que moi j’ai filé au centre de Bagnères pour aller prendre un verre chez Robin.

Juste après s’être salué avec Denis en entrant dans Bagnères pour ma part.

Je ne me suis pas trop attardé, la journée était bien avancée et j’ai repris le chemin pour les 20 derniers kilomètres. Interminables !! Mais en même temps, content d’avoir fait une belle boucle même si je n’ai pas fait d’enchainement.

Petit regard en arrière.

Au final ça fait une sortie à 134 km et 2400 m de D+ en mode livraisons. Quand tu as un lieu de travail comme ça, c’est quand même le grand luxe !!

J’ai mangé en rentrant et je suis parti en fabrication jusqu’à 21h30, mais j’avoue que j’avais quand même sacrément mal aux jambes, mais le lendemain à 6 h j’étais frais comme un gardon !! J’aime quand ça s’enchaine comme ça^^

Il s’agissait de mon dernier Tourmalet de 2017 et le 14eme de l’année mais à ce moment, je pensais encore pouvoir y aller une fois mais malheureusement il a neigé seulement 4 jours plus tard sur les Pyrénées et il a été fermé pour la saison…

(4 commentaires)

1 ping

Passer au formulaire de commentaire

    • Roudier. Pascal on 11 février 2018 at 16 h 31 min
    • Répondre

    Bonjour Idris ,
    Je fais de la rétro sur ton nouveau blog qui est très bien .Mais tu parles souvent de tes préparations,mais est-ce que c’est pour avoir une meilleure dynamique en velo ?As tu une boutique à Bagneres?
    Bon je te laisse et continue à me donner des idées pour randonner lorsque la saison sera
    meilleure.
    Cordialement.

    Pascal

    1. Salut Pascal 🙂

      J’ai créé ma petite entreprise de fabrication de jus de fruits et de légumes locaux et en ultrafrais, je fais les mélanges en fonction des vertus de chaque légume pour le corps 🙂
      C’est pour ça que souvent je fais aussi des livraisons quand je pars en montagne ou que je dois repasser en fabrication sitôt rentré d’une sortie.
      Je n’ai pas de boutique à Bagnères mais le samedi matin j’ai mon stand au marché de Bagnères dans la halle 😉

      A bientôt.

    • Roudier. Pascal on 13 février 2018 at 0 h 10 min
    • Répondre

    Bonsoir Idris ,
    Je viens de temps à autre à Bagneres avec mon épouse pour le marché car tu sais les femmes
    adorent ça !La prochaine fois sur je te rends visite .J’ai vu ton périple en Suisse et l’ Italie vrai
    ment surprenant.Je te laisse et te dis à très bientôt peut-être.
    Cordialement.
    Pascal

    1. Bonjour Pascal 🙂

      Ce sera avec grand plaisir de te rencontrer !! 😀

  1. […] « 1er novembre 2017 (52e sortie) : col du Tourmalet par Luz […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.