«

»

Fév 25

21 février 2016 (5e sortie) : col d’Aspin

Entre vent et trombes d’eau depuis le début du mois de février, ces quelques jours ensoleillés sont tombés à pic. C’est que ça commençait à me démanger de ne pas pédaler. Cela faisait 3 semaines non stop du lundi matin au dimanche soir à la planche au boulot avec des horaires à rallonge. Et pour ce week end tout s’est plutôt bien goupillé entre la disponibilité et la météo.

Après une semaine de tempête mi-février, voilà qu’il fait un temps de printemps.

Pour ce dimanche 21 février, j’ai bossé jusqu’à 13 h et je me suis octroyé l’après midi pour souffler un peu et profiter de ce temps splendide pour pédaler. Surtout que ça faisait 3 jours qu’il faisait grand beau et que la pluie était de nouveau attendue pour le lendemain.

Pour le choix du parcours, c’était assez restreint vu qu’il avait neigé pas mal en montagne la semaine précédente. Mais par un lecteur fidèle du blog j’ai eu l’info que le col d’Aspin était ouvert et ça s’est confirmé sur le site du Conseil Général. J’avais envie d’aller au col du Soulor ou à Hautacam mais, juste sur l’après midi en partant à 14h30 je n’avais pas le temps.

C’est donc pour le col d’Aspin (comment ça encore?) que j’ai opté (la Hourquette d’Ancizan étant impraticable).

Je trépignais d’impatience et j’étais bien content d’enfourcher de nouveau le vélo vers 14h30. Je n’aime pas partir l’après midi mais bon, pas le choix. Je me suis élancé plein sud. Le ciel était superbe, la vue sur les Pyrénées magnifique. J’avais un grand besoin de me défouler et je suis parti bien vite. Sur la petite route c’était calme mais en rejoignant la route un peu plus passante de Bagnères, il y avait déjà plus de voitures (bien qu’il y en avait assez peu qui allaient vers les stations vu que la journée était bien avancée). Mais c’est surtout une fois sur la grande route entre Campan et Sainte Marie de Campan que c’est devenu bien pénible. Le flot de voitures qui descendaient des stations et que je croisais, était quasi ininterrompu, du coup les voitures qui arrivaient derrière moi, prenaient des risques énormes pour me dépasser coûte que coûte sans attendre les quelques mètres avant que la route ne s’élargisse (bé oui, écraser un cycliste ça fait gagner 5 secondes de ski, ça vaut le coup…).

Journée superbe.

Journée superbe.

Y a déjà du monde sur les routes !

Y a déjà du monde sur les routes !

C'est cool :)

C’est cool 🙂

Dans la ligne droite qui précède Bagnères.

Dans la ligne droite qui précède Bagnères.

En continuant de remonter la vallée de Campan, le Pic du Midi veille à droite.

En continuant de remonter la vallée de Campan, le Pic du Midi veille à droite.

Le Montaigu en fait de même sur son trône.

Le Montaigu en fait de même sur son trône.

Col d'Aspin 21 février 2016 033

A Sainte Marie de Campan, c'est parti pour l'ascension !

A Sainte Marie de Campan, c’est parti pour l’ascension !

Je suis arrivé assez vite à Sainte Marie de Campan, une pâte de fruit et c’est parti pour l’ascension du col d’Aspin. J’ai attaqué l’ascension un peu énervé à cause de tout ça. Heureusement le trafic était un peu plus faible (le gros des voitures allant vers La Mongie sur la route du Tourmalet). Mais il était suffisamment dense encore pour m’empêcher de pouvoir prendre les belles photos de paysages sans qu’il y est 5 voitures sur le cliché…

Le paysage devenait de plus en plus sympa avec la neige qui était de plus en plus présente (les premières plaques étaient à l’entrée de Sainte de Marie de Campan). Il faisait 20°C, c’était juste un régal pour ça.

Malgré tout ça j’étais bien content de pouvoir pédaler là.

Juste avant Payolle, deux abrutis m’ont dépassé sans s’écarter, la 2e voiture m’a même touché le coude gauche avec son rétro droit… Il y a des jours comme ça…

Col d'Aspin 21 février 2016 038Col d'Aspin 21 février 2016 040Col d'Aspin 21 février 2016 041Col d'Aspin 21 février 2016 043Col d'Aspin 21 février 2016 047

Payolle !

Payolle !

En traversant Payolle, c’était bondé de vacanciers. J’ai attaqué les 5 derniers kilomètres plus raides de l’ascension. Là encore il y avait encore moins de voitures, mais pas mal quand même. J’ai quand même pris plus de plaisir à grimper sur ce final. Les jambes tournaient bien, je prenais des photos tout en grimpant, mais le manque de sommeil commençait à se faire sentir et je galérais…à garder les yeux ouverts…le comble dans ce paysage^^

A environ 2,5 kilomètres du sommet, j’ai croisé Pierre qui descendait. Nous nous étions rencontrés ici même il y a 2 ans lorsque nous étions allés voir passer la Route du Sud au sommet du col.

En arrivant au sommet du col, j’étais presque déçu que l’ascension soit terminée^^

Vue superbe sur Payolle dominée par le Pic du Midi.

Vue superbe sur Payolle dominée par le Pic du Midi.

Col d'Aspin 21 février 2016 057Col d'Aspin 21 février 2016 058Col d'Aspin 21 février 2016 063

Le sommet est en vue.

Le sommet est en vue.

Col d'Aspin 21 février 2016 071

Il y avait une foule monstrueuse au sommet… Des voitures partout, des gens partout… Bref, trop de monde à mon goût, vraiment pas agréable. J’ai juste pris rapidement des photos du paysage (il était superbe), mangé une pâte de fruit et j’ai attaqué la descente.

61e ascension du col d'Aspin, pas celui qui me laissera le plus grand souvenir, dommage car le paysage est superbe...

61e ascension du col d’Aspin, pas celui qui me laissera le plus grand souvenir, dommage car le paysage est superbe…

Vraiment beaucoup de monde...

Vraiment beaucoup de monde…

Vue sur le versant Arreau.

Vue sur le versant Arreau.

Le Pic d'Aneto est plein centre au fond.

Le Pic d’Aneto est plein centre au fond.

En panoramique.

En panoramique.

Vue sur le Pic du Midi depuis le sommet.

Vue sur le Pic du Midi depuis le sommet.

Presque 19°C à 1490m d'altitude !

Presque 19°C à 1490m d’altitude !

J’ai dépassé une voiture au tout début de la descente, puis sur la suite jusqu’à Payolle je n’ai pas été gêné et j’ai pu me faire plaisir en descendant à bloc, retardant les freinages. C’est plaisant de connaitre la descente par coeur.

Une fois à Payolle, après avoir manqué de m’encastrer dans une voiture qui m’a coupé la route, je me suis retrouvé sur des portions beaucoup plus roulantes (qui ne me conviennent absolument pas vu mon gabarit) dans un grand flot de voitures qui redescendaient vers la plaine. Et finalement, entre les tentatives pour accrocher la roue des voitures de devant et la volonté d’éviter de me faire dépasser par les voitures de derrière dans des trous de souris, j’ai roulé sur un très gros rythme. J’étais à bloc, tout du long jusqu’à Campan, à plus de 50 km/h, là où sur ces portions je passe à 40 habituellement.

Avant d’entrer dans Campan, les voitures roulaient au ralenti et j’en ai dépassé une bonne cinquantaine, heureusement qu’il y avait peu de monde qui arrivait en face car j’ai passé 2 kilomètres sur la voie de gauche à dépasser tout ce petit monde à 50 km/h.

En tout cas je me suis bien arraché sur ces 13 kilomètres depuis Payolle (ça parait peu comme ça^^), si bien qu’en rejoignant la petite route au calme à Campan, j’ai senti dans la côte qui a suivi, que les crampes n’étaient pas loin, j’étais en danseuse, et j’étais à la limite des crampes sur les mollets et les cuisses dans les 2 jambes. Après la côte ça redescend un peu et je savais que ça allait passer, mais voilà, il se trouve qu’en haut de la petite côte, la vue sur le Montaigu est sublime et j’avais envie de m’y arrêter. Et évidemment, je m’y attendais, en m’arrêtant et en tendant la jambe droite pour la poser au sol, la crampe m’a saisi direct. Fulgurante et douloureuse, sur le dessus de ma cuisse droite juste au dessus du genou. J’ai cru que ça allait claquer^^ Et me voilà donc en équilibre sur la jambe gauche avec la jambe droite tétanisée, me mordant la langue à cause de la douleur, en train de prendre tant bien que mal une belle photo du Montaigu^^

Après 2 minutes ça a commencé à se détendre et j’ai pu repartir tant bien que mal. Il restait encore 1 petite côte à passer. Faire une super ascension et se bouffer une méga crampe en ayant rouler à fond dans les faux plats descendants^^ Fallait bien que ça m’arrive un jour.

Col d'Aspin 21 février 2016 108

La photo du Monatigu encontrejour, au moment de la crampe, en vraie c'était super beau.

La photo du Montaigu en contrejour, au moment de la crampe, en vraie c’était super beau.

Pour amortir la crampe, j'en mets une 2e avec le zoom^^

Pour amortir la crampe, j’en mets une 2e avec le zoom^^

Le retour a été un peu frustrant du coup, parce que j’avais toujours de l’énergie dans les jambes, j’avais envie de rouler plus vite que ça, mais les crampes n’étaient pas loin et j’ai dû faire gaffe.

Petit arrêt pour caresser les ânes et je suis rentré.

Col d'Aspin 21 février 2016 120Col d'Aspin 21 février 2016 123Col d'Aspin 21 février 2016 126

Salut Coco.

Salut Coco.

Col d'Aspin 21 février 2016 128

Une bien belle aprem qui se termine.

Une bien belle aprem qui se termine.

Sortie de reprise finalement bouclée à plus de 26 de moyenne malgré les 25 derniers kilomètres avec les crampes. 90 km et 1500m de D+.

Paysages superbes, mais routes surchargées qui gâchent tout 🙁

J’ai quand même bien fait d’en profiter parce que depuis, la pluie est revenue, le froid et la neige en montagne.

Espérons que la prochaine sortie, n’arrive pas dans trop longtemps et qu’il y ait moins de voitures sur les routes…

Une fois rentré, je suis reparti direct en mode boulot pour préparer les commandes du lendemain matin, ça a fait du bien de se réoxygéner juste avant !

(17 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Alain2pau

    Superbe sortie et belles photos. Pour les crampes, faut boire, même sans soif, surtout en montagne en cette belle saison qui reste quand même fraîche. Tu as eu raison de profiter de la journée de dimanche.
    Bonne continuation et garde la forme.

    1. Idris

      Salut Alain 🙂

      Merci pour ton message 🙂 Oui pour les crampes, j’avais pourtant eu l’impression de plus boire que d’habitude, mais c’est vrai que c’est mon défaut, je ne bois pas suffisamment. Quand j’ai eu la crampe j’ai vidé la moitié d’un bidon et c’est passé effectivement.

      A la prochaine 🙂

  2. michel

    Hello Idris.

    Pendant que tu grimpais l’Aspin, je grimpais le Peyresourde avec David de Toulouse que tu connais via ton blog il me semble. Jambes assez lourdes et pas de tenue adaptée pour grimper sous une telle chaleur.

    J’y suis retourné mercredi et ce coup ci, les jambes répondaient a merveille. Je n’ai pas forcément monté plus vite mais dans de meilleures conditions.

    Je suis passé un soir en haut de l’Aspin et le panorama était splendide, juste à la tombée de la nuit.

    Il y aura un bel article sur mon blog en rentrant car je suis là  » incognito « .

    Amitiés.
    Michel

    1. Idris

      Salut Michel,

      C’est clair que la journée de dimanche a été superbe !
      Bon séjour Pyrénéen à toi !! 😉 Et salutations à David si jamais tu le revois 😉

  3. Florent

    Superbe photo par contre pour un mois de fin Fevrier je trouve qu’il n’y a pas tellement de neige. Sinon c’est une grande chose pour vous de pouvoir pédaler dans ces décors grandioses.

    Pour ma part quand je le peux je roule dans les Alpes…. 😉

    1. Idris

      Salut Florent,

      Merci pour ton message.
      Le col d’Aspin est régulièrement praticable en plein hiver, c’est assez courant, il m’est déjà arrivé de le grimper en janvier plusieurs années comme d’être bloqué par la neige. En février l’an dernier il y avait beaucoup de neige, là cette année il y en a mois.
      Mais le sommet est très exposé au soleil et au vent, tout comme l’ascension par Arreau, ce qui fait que sur le col d’Aspin, quand il fait soleil, ça fond très vite contrairement à la Hourquette d’Ancizan à côté qui est beaucoup plus enneigée. 😉

      Les Alpes c’est pas mal du tout 😀 Tu es dans quelle région sinon?
      Je suis allé voir ton blog, il est bien sympa, je vais lire les articles, moi qui fais du VTT seulement occasionnellement, j’y apprendrai plein de choses je pense 😀

      1. Florent

        J’habite à Velaux dans les Bouches du Rhone ^^ donc la neige j’en vois pas trop.
        J’ai deux heures de routes en voiture à faire pour allez rouler dans les alpes

        1. Idris

          Ah ouais c’est pas pareil. En tout cas niveau soleil tu dois être servi 🙂
          Tu connais peut être le blog de JP sur Marseille et les alentours en vélo http://cyclobalades.canalblog.com/

          😉

          1. Florent

            Pas du tout je vais allez jeter un coup d’œil merci !

  4. james

    Quand j’ai lu sur vélo101 qu’un pote à Michel avait été touché par le rétro d’une bagnole dans l’Aspin, je me suis dit que cela ne pouvait être que toi 😉

    1. Idris

      Salut James 🙂

      Ouais c’était dingue ces automobilistes qui ne s’écartaient pas, qui ne daignaient pas attendre quelques secondes qu’il y ait la place pour dépasser… L’énervement sur le moment était au maximum… Et chaque hiver c’est pareil, les skieurs dans les voitures sont des fous furieux, pires qu’en été (et pourtant l’été au Tourmalet c’est dangereux en vélo…)…

  5. valery

    très belles photos
    à bientôt sur les ascensions dès la fin de l’hiver

    1. Idris

      Merci à toi 🙂

      Et toi ça a été ta sortie? 🙂

  6. nikko

    Pas de sortie depuis un mois ? La faute au boulot peut-être 😉

    http://www.ladepeche.fr/article/2016/03/21/2308088-c-vital-et-c-est-pour-vous.html

    1. Idris

      Salut Nico 🙂

      Merci pour ton message et pour le lien. L’article est paru dans la Nouvelle République aujourd’hui mais j’avais loupé qu’il était sorti dans la Dépêche hier.
      Hé oui beaucoup de travail ces dernières semaines entre vente, démarches, rendez-vous, fabrication et du coup très très peu de vélo (et la météo n’a pas aidé pour pouvoir aller à mes rdv en vélo…). Mais hier aprem j’ai pu faire la reprise après 1 mois de coupure, je suis allé au col d’Aspin (encore) en mode contre la montre pour éviter les orages et la pluie. J’espérais qu’il fasse grand beau pour pouvoir aller à Hautacam mais la météo s’est dégradé très vite dans la journée et quand j’ai terminé ma matinée de travail, les orages arrivaient. Je mettrai les photos prochainement 🙂

      1. nikko

        Salut Idris, il doit y avoir en haut d’Aspin une espèce d’aimant qui attire ton vélo s’il est en acier 😉

        Et en parlant de vélo, je suis allé chercher mon Ridgeback Voyage tout neuf samedi. Je suis allé rouler avec hier une heure à Longchamp. 4 mois que je n’avais pas roulé, ça fait plaisir. Il est évidemment plus lourd que mon précédent Bianchi, mais je le trouve très beau. Le week-end prochain c’est direction la vallée de Chevreuse !

        Je repense à tes sorties Aspin, et je me demandais comment tu arrivais à t’y retrouver dans ton classement de photos 😉

        1. Idris

          Salut Nico 🙂

          Ah cool pour le Ridgeback !! 🙂 Tu peux m’envoyer une photo 🙂 Hâte de voir le collègue du mien 😀 Tu as dû te faire plaisir surtout après 4 mois !!! Pareil, quand j’avais récupéré mon Ridgeback en 2012, dès l’après midi j’étais au col des Palomières, puis au Soulor quelques jours après 😀 C’est vraiment génial comme vélo 🙂

          Héhé ouais, la météo m’a forcé à ne pas voir trop loin pour hier aprem, bien m’en a pris car je suis vraiment passé ric rac entre les orages. Mais tant que le Tourmalet et la Hourquette sont fermés, le choix est vite restreints pour une sortie en après midi uniquement 🙁

          Pour le classement des photos, au moment de décharger l’appareil, je mets la date de la sortie suivie du nom du col ou de l’enchainement fait comme nom de dossier et des photos, comme ça je ne me plante pas 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>