«

»

Nov 12

7 novembre 2015 (39e sortie) : Ahusquy, col de Bagargi, col de Sensibilé

Ma première journée presque complète de libre depuis 2 semaines, je n’allais pas la laisser passer. La météo est de la partie en plus. « Presque complète » car tôt le matin j’ai quand même dû aller faire une livraison pour mon travail (j’en parlerai prochainement) mais pour la suite de la journée je n’ai pas calé d’impératif, ni de coup de téléphone.

2 semaines auparavant j’avais fait une virée dans le Pays Basque au Port de Larrau et les nuages s’étaient accumulés et m’avaient fait passer quelques kilomètres (bien galères par la même occaz’) dans le brouillard.

Ce coup-ci j’ai décidé de remettre ça dans le Pays Basque mais là, la météo s’annonce..heu…juste sublime.

Direction la gare de Tarbes pour commencer pour prendre le train dès 8h. En y allant j’ai pu profiter d’un superbe lever de soleil sur la chaine des Pyrénées. Et dans le train je ne me suis pas ennuyé, j’adore cette ligne. Une fois à Pau j’ai pris la correspondance pour rejoindre Oloron Sainte Marie. Après un freinage d’urgence à 10min d’Oloron suite à des branches d’arbres sur la voie, c’est avec un retard conventionnel que j’ai débarqué à Oloron Sainte Marie. J’aurais préféré ne pas avoir de retard car je sentais déjà que je serai minuté tout au long de la sortie avec l’horaire du train de retour.

Superbe lever de soleil sur les Pyrénées à 1 km de la maison en allant à la gare de Tarbes.

Superbe lever de soleil sur les Pyrénées à 1 km de la maison en allant à la gare de Tarbes.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 010Col de Bagargi 7 novembre 2015 012

On y est !

On y est !

Plus de 2h que je voyageais dans le train, les jambes me démangeaient, j’étais content de me lancer enfin. Il était déjà 10h30…

Pour le programme de la sortie j’avais prévu une autre route et un autre petit monstre du Pays Basque à savoir le col de Bagargi (ou Bagargui ou encore Bagargiak, merci les basques). Il présente des pentes raides notamment par son versant par Larrau mais pour ma part j’ai opté plutôt pour profiter du paysage (et je ne le regretterai pas) et de passer par la variante du plateau d’Ahusquy (avec des forts pourcentages aussi) puis la route des crêtes jusqu’au col de Bagargi (1327m), un détour vers le col de Sensibilé (1547m) puis descente par Larrau et retour sur Tardets. Là, je verrai si j’ai le temps et les jambes pour aller me coltiner la montée à la Chapelle de la Madeleine qui m’a été conseillée par Vincent et James, fidèles lecteurs du blog.

Pour ce faire je devais d’abord rejoindre Tardets à 26 km d’Oloron sur une route vallonée puis ensuite rejoindre Alos (je sais que vous pensez aux Alpes tout d’un coup) et enfin Alçay d’où commence l’ascension.

Jusqu’à Tardets j’ai plutôt bien roulé, la route est assez peu passante et agréable, quelques montées et descentes (qui feront mal aux jambes au retour quand il faudra remonter^^), des vaches et des brebis (basques bien sûr).

Col de Bagargi 7 novembre 2015 016Col de Bagargi 7 novembre 2015 018Col de Bagargi 7 novembre 2015 019

A Tardets, j’ai pris le pont pour quitter la fameuse D918 et m’engager sur la route d’Alçay. Petite pause pour manger des biscuits (car j’avais pas eu le temps de faire un gros p’tit dej) et enlever ma veste thermique (ça chauffait pas mal). Puis j’ai repris mon chemin. Petite route bien agréable. Je trépignais d’impatience à l’idée d’être pas loin du pied de l’ascension.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 020

Vraiment un ciel splendide.

Vraiment un ciel splendide.

C'est parti pour l'ascension !

C’est parti pour l’ascension !

Quand je suis arrivé à Alçay, c’était parti. Direct la route grimpe à 11 puis 12% (le profil ne l’indique pas) sur une route très étroite. Après cette mise en bouche, il y a un petit replat avant que ça ne reparte sur une route encore plus étroite sur un kilomètre entre 12 et 13%. Direct j’ai senti que les sensations étaient moyennes et j’ai vite passé tout à gauche. Peu de circulation, c’était le top surtout avec ce paysage. Après ce kilomètre à presque 13% j’ai fait un détour par la droite sur 800m à 11% jusqu’au col d’Oxibar d’où la vue était bien plus dégagée notamment sur la Selata Punta. Je suis ensuite revenu sur la route d’Ahusquy où la pente continue tranquillement sur des pentes entre 9 et 11% pendant encore 4 kilomètres. Ça parait long quand même^^ Alors que je grimpais tranquillement, sans circulation, j’entends une voiture qui arrive derrière, je me mets bien à droite car c’est très étroit et lorsqu’elle arrive à ma hauteur, elle ralentit à ma hauteur (énormément vu que j’allais pas vite sur du 10%^^) et la dame assise à droite m’interpelle. Du coup on s’est arrêté, le couple pensait que j’étais quelqu’un qu’ils connaissaient uniquement de nom mais pas physiquement (oui moi non plus j’ai pas bien compris^^). Après quelques minutes de discussion j’ai repris mon ascension. 5min de perdues qui me feront peut être sprinter à la fin.

Plus je grimpais et plus l’étroitesse de la route m’impressionnait, pensez donc, elle était moins large que certaines voies vertes xD

Col de Bagargi 7 novembre 2015 026

ça grimpe sec.

ça grimpe sec.

Vers le col d'Oxibar (589m)

Vers le col d’Oxibar (589m)

Paysage superbe !

Paysage superbe ! On voit en bas la route que j’ai parcourue en début d’ascension.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 038Col de Bagargi 7 novembre 2015 046Col de Bagargi 7 novembre 2015 054

Col de Leccharia (832m), la rampe la plus difficile est faite.

Col de Leccharia (832m), la rampe la plus difficile est faite mais il y a encore de quoi grimper qui m’attend.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 060

Après 7 km d’ascension bien raides, je suis arrivé au col de Lecharia à 832m d’altitude (appelé aussi col d’Arangaïtz). La rampe la plus dure était faite, s’en est suivie une courte descente qui m’a fait arriver sur un plateau intermédiaire bien agréable avec des chevaux et une route serpentant en faut plat d’abord puis en franche montée à 9% jusqu’à la fameuse auberge d’Ahusquy 4 km plus loin. Le paysage était superbe !! Les brebis basques étaient nombreuses à proximité de l’auberge à 965m d’altitude. J’ai mangé une pâte de fruit à cet endroit. Il y avait pas mal de voitures garées devant l’auberge.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 062

Sur le petit plateau après le col de Lecharria et avant que la route ne remonte vers Ahusquy.

Sur le petit plateau après le col de Lecharria et avant que la route ne remonte vers Ahusquy.

L'auberge est en vue.

L’auberge est en vue.

Y a du monde sur les routes basques !

Y a du monde sur les routes basques !

Col de Bagargi 7 novembre 2015 079Col de Bagargi 7 novembre 2015 080

La route de la crête qui part vers Iraty que je prendrai plus tard dans la sortie.

La route de la crête qui part vers Iraty que je prendrai plus tard dans la sortie.

Magnifique panorama depuis Ahusquy et c'est rien par rapport à ce qui va suivre plus tard.

Magnifique panorama depuis Ahusquy et c’est rien par rapport à ce qui va suivre plus tard.

La suite de mon parcours allait se faire en 2 temps. A partir de là ça sera magnifique.

Avant de prendre à gauche la petite route des crêtes sur 12 km pour rejoindre le col de Bagargi, j’ai choisi d’abord de continuer tout droit sur le plateau d’Ahusquy jusqu’au col de Landerre (1072m) à 5 km de là sur le plateau. La route continue d’abord en faux plat montant avant d’être légèrement vallonée avec de courtes descentes et des courtes montées. C’est un régal à 1000m d’altitude de voir devant soi ce très fin ruban de macadam qui serpente joyeusement au milieu des estives avec à droite et à gauche un beau panorama et devant en point de mire le Pic Behorleguy.

En bas la route que je prendrai plus tard vers Iraty et en haut la route de la crête qui va me mener au col de Landerre.

En bas la route que je prendrai plus tard vers Iraty et en haut la route de la crête qui va me mener au col de Landerre.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 092

La route d'Iraty en bas.

La route d’Iraty en bas.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 099Col de Bagargi 7 novembre 2015 104Col de Bagargi 7 novembre 2015 106Col de Bagargi 7 novembre 2015 112Col de Bagargi 7 novembre 2015 113Col de Bagargi 7 novembre 2015 116

C'est étroit mais c'est beau.

C’est étroit mais c’est beau.

Le col de Landerre est en vue.

Le col de Landerre est en vue.

Je suis arrivé au col de Landerre à 1072m d’altitude. Là c’est la fin du plateau et si on continue ça descend franchement vers Mendive que j’apercevais en bas et plus loin Saint Jean le Vieux et Saint Jean Pied de Port. Alors que je me suis arrêté prendre quelques photos du paysage, il y avait, une voiture, une seule qui était garée là au col de Landerre, et au moment où je repartais pour revenir vers l’auberge d’Ahusquy, les personnes en question m’interpellent en me demandant si je n’étais pas des Hautes Pyrénées. Je me suis arrêté et en discutant petit à petit nous nous sommes rendus compte qu’ils habitaient le village à côté de Barbazan et qu’ils connaissaient très bien…un voisin… Décidément^^

C’est sympa mais pas de bol pour moi qui suis un peu pressé sur cette sortie de laisser filer quelques minutes une 2e fois dans ce coin où il n’y a quasi pas de voiture^^

Vue vers Mendive depuis le col de Landerre (1072m)

Vue vers Mendive depuis le col de Landerre (1072m)

Avec le zoom.

Avec le zoom.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 127

Retour vers Ahusquy.

Retour vers Ahusquy.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 132Col de Bagargi 7 novembre 2015 134Col de Bagargi 7 novembre 2015 135Col de Bagargi 7 novembre 2015 139Col de Bagargi 7 novembre 2015 142

A Ahusquy.

A Ahusquy.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 150

Une fois revenu devant l’auberge d’Ahusquy j’ai pris la fameuse route de la crête en direction d’Iraty. Je quitte le secteur de la forêt des Arbailles pour la forêt d’Iraty, la plus vaste hétraie d’Europe. Courte descente au début avant d’entrer dans la forêt et de regrimper un peu sur des pentes à 10%, court replat pour sortir de la forêt et là ça devient sublime avec une nouvelle montée à 10%. La route s’élève en lacets sur la crête et on se retrouve avec un panorama à 360, au loin j’aperçois l’auberge d’Ahusquy d’où j’arrive et tout autour, les différents sommets et notamment le pic d’Orhy qui domine le port de Larrau, premier sommet à plus de 2000m en partant de l’océan et aussi le massif des Escaliers.

Sur cette route j’en ai pris plein les yeux. Cependant, il y a de quoi se sentir seul à cet endroit, je ne connaissais pas exactement le kilométrage jusqu’à Iraty et dans les montées ça pouvait paraitre long notamment le dernier kilomètre jusqu’au col de Bagargi avec de longs passages à plus de 10%.

Sur la route vers Iraty et le col de Bagargi.

Sur la route vers Iraty et le col de Bagargi.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 155Col de Bagargi 7 novembre 2015 162

Le point blanc au fond plein centre c'est l'auberge d'Ahusquy.

Le point blanc au fond plein centre c’est l’auberge d’Ahusquy.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 168

Superbe vue.

Superbe vue.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 170

Certains effets de lumière sont sympas.

Certains effets de lumière sont sympas.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 173Col de Bagargi 7 novembre 2015 174

En panoramique.

En panoramique.

Le Pic d'Orhy apparait.

Le Pic d’Orhy apparait.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 181Col de Bagargi 7 novembre 2015 182Col de Bagargi 7 novembre 2015 184Col de Bagargi 7 novembre 2015 186

Bientôt le col de Bagargi.

Bientôt le col de Bagargi.

Au col de Bagargi mais c'est pas fini la grimpette.

Au col de Bagargi mais c’est pas fini la grimpette.

Après ces sublimes 12 km, j’ai débouché aux chalets d’Iraty à la station de ski du même nom au milieu de laquelle se trouve le col de Bagargi à 1327m d’altitude. Pas fâché d’y être car je sentais une grande fatigue, les jambes lourdes et surtout la fringale pas très loin. J’ai décidé de ne pas m’arrêter trop longtemps pour ne pas me refroidir et de faire un détour pour poursuivre l’ascension à plus de 1500m d’altitude vers le col de Sensibilé (1547m). C’est ce que j’ai fait, 1 km de léger faux plat descendant sur la droite avant de prendre une petite route qui monte directement sur du 10%. Là ça devenait dur. Il me restait 4 km de montée. Heureusement après 2 km raides, ça se radoucit. La route serpente gaiement. De nombreuses personnes, des chasseurs notamment sont sur cette route. J’ai passé le col de Sensibilé à 1547m d’altitude et j’ai poussé jusqu’au bout de la route en frôlant la frontière sur 1 km de plus. Là je me suis arrêté pour manger en vitesse 2 pâtes de fruit puis demi-tour. C’est que 60 km plus loin j’avais un train à prendre ! Et en plus les nuages se sont formés sans crier gare et la température s’est mise à chuter à grande vitesse. J’ai enfilé ma veste thermique. Rapidement il faisait moins de 15°C alors qu’il a fait jusqu’à 30 en plein soleil du côté d’Ahusquy.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 192

En grimpant vers le col de Sensibilé avec le Pic d'Orhy en fond, juste au pied duquel se trouve le port de Larrau.

En grimpant vers le col de Sensibilé avec le Pic d’Orhy en fond, juste au pied duquel se trouve le port de Larrau.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 196Col de Bagargi 7 novembre 2015 201Col de Bagargi 7 novembre 2015 205Col de Bagargi 7 novembre 2015 206Col de Bagargi 7 novembre 2015 208

On ne s'en lasse pas !

On ne s’en lasse pas !

Les nuages arrivent.

Les nuages arrivent.

En retournant vers le col de Bagargi.

En retournant vers le col de Bagargi.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 220Col de Bagargi 7 novembre 2015 223

Je suis revenu au col de Bagargi. Je me suis arrêté pour prendre quelques photos, puis j’ai attaqué la descente sur Larrau. Une descente que je n’oublierai pas de sitôt. D’une étroitesse phénoménale (et en plus j’ai réussi à me retrouver coincer derrière un camping-car que j’ai dû dépasser 2 fois au grès des arrêts photos) et surtout vertigineuse avec de nombreux kilomètres à plus de 10% et des passages à 16% que j’ai dévalé. C’était superbe cette mince route si raide dans ce décor. Malheureusement il fallait ménager mes freins et j’ai dû sacrifier quelques arrêts photos pour ne pas les griller (et pour rester devant le camping-car que j’avais dépassé plus haut).

Le paysage donne envie de retourner sur cette route, les pourcentages, un peu moins^^

Col de Bagargi 7 novembre 2015 226Col de Bagargi 7 novembre 2015 228Col de Bagargi 7 novembre 2015 230

C'est parti pour la descente vertigineuse.

C’est parti pour la descente vertigineuse.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 236

Superbe.

Superbe.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 243Col de Bagargi 7 novembre 2015 245

Après une dizaine de kilomètres il y a la remontée de 1,5 km sur Larrau. Ouch qu’est ce qu’elle fait mal aux jambes, elle n’excède pas les 9% à son maximum mais ça a été dur. Toutes les côtes qui m’attendaient sur le reste du retour s’annonçaient difficiles^^. Une fois à Larrau j’ai rejoint la route que j’avais prise lorsque j’étais allé au port de Larrau il y a 2 semaines, et j’ai continué la descente sur des pentes à plus de 10% mais sur une route large et en bon état cette fois, enfin !!

Col de Bagargi 7 novembre 2015 249

16 km plus loin, le long du gave de Larrau, je suis revenu sur Tardets où j’ai de suite repris la route d’Oloron Sainte Marie. Je n’avais plus le temps ni les jambes pour me coltiner la montée à la Chapelle de la Madeleine (qui présente des kilomètres raides et des passages à plus de 15%). Ce sera pour une autre fois.

Le long du gave de Larrau dans lequel il y avait pas mal de kayakistes.

Le long du gave de Larrau dans lequel il y avait pas mal de kayakistes.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 252

Les 26 km restant jusqu’à Oloron se sont avalés mais les différentes côtes à remonter ont bien fait mal aux jambes et pomper le peu d’énergie qu’il me restait. J’ai quand même pu bien rouler et je suis arriver 30min avant le train à la gare et avant qu’il ne fasse trop sombre aussi. J’avais sacrément faim et en passant devant la boutique d’usine de Lindt je n’ai pas pu m’empêcher de soupirer, j’aurais bien fait le stock de chocolats mais je n’avais aucune envie de laisser le vélo sans surveillance devant la boutique.

En direction d'Oloron Sainte Marie.

En direction d’Oloron Sainte Marie.

Col de Bagargi 7 novembre 2015 256

Le jour commence à tomber.

Le jour commence à tomber.

A la gare d'Oloron.

A la gare d’Oloron.

Le trajet du retour a paru un peu long, le train pour Pau est passé avec 30min de retard et je commençais à m’inquiéter pour ma correspondance. J’ai pu l’avoir tout juste et une fois à Tarbes. Heureusement aussi que j’avais de quoi manger avec moi, ça a fait du bien. Après plus de 2h de voyage, il ne me restait plus qu’à rentrer sur une dizaine de kilomètres dans la nuit vers 20h30.

A Tarbes, il reste une dizaine de kilomètres pour rentrer.

A Tarbes, il reste une dizaine de kilomètres pour rentrer.

Il fait un peu sombre...

Il fait un peu sombre…

Une bien belle journée qui se termine avec 151 km au compteur et 2700m de D+. Je suis content d’avoir pris ma revanche sur la sortie très brumeuse au port de Larrau fin octobre. Là j’ai pu profiter des paysages et des couleurs d’automne.

Par contre pour se lever dimanche matin pour le travail ce fut bien difficile…

Je reviendrai sans aucun doute, il y a encore des parcours que j’aimerais bien faire, mais ce sera sûrement pour l’année prochaine. Pas sûr que cette année j’ai le temps de refaire des sorties comme ça.

Profil de la sortie : 151 km (en comptant les km pour aller et revenir de la gare de Tarbes), 2700m de D+ avec passage par Ahusquy (965m), col de Bagargi (1327m), col de Sensibilé (1547m)

Profil de la sortie : 151 km (en comptant les km pour aller et revenir de la gare de Tarbes), 2700m de D+ avec passage par Ahusquy (965m), col de Bagargi (1327m), col de Sensibilé (1547m) et quelques bons pourcentages.

(14 commentaires)

1 ping

Passer au formulaire de commentaire

  1. Alex

    Sortie magnifique, quoique désertique ! Ca doit être plus difficile en été sans les arbres.
    Pour le monde sur les routes, il en faut bien pour faire l’Ossau Iraty (je sais le fromage c’est pas ton truc ^ ^)
    Coin inconnu : je n’ai pas de col à l’ouest du Marie Blanque

    Sympa les TER, maintenant qu’ils ont presque tous les porte velos 🙂

    1. Idris

      Salut Alex,
      Merci pour ton message 🙂
      Ouais très très peu de monde, au moins on est tranquille mais sur y a des moments on se sent seul. Quoique avec 2 voitures je ne me suis pas ennuyé non plus, ça a discuté^^ Héhé ouais si tu savais le nombre de panneaux « Etape du Fromage Ossau-Iraty » que j’ai vu xD

      En tout cas le point de vue était superbe.
      Pour les TER, la région la plus agréable pour voyager avec le vélo c’est Rhône Alpes je dirais. Quand j’étais à Albertville c’était un régal. En Midi-Pyrénées et Aquitaine c’est moyen. La dernière fois quand j’étais allé au port de Larrau c’était un TER où dans le compartiment vélo il n’y avait rien. Pas de crochet et pas de rambarde, tu pouvais juste adosser le vélo contre la vitre, résultat j’ai passé 1 h debout entre Tarbes et Pau à le tenir pour qu’il ne tombe pas… Dans les Hautes Pyrénées ça reste assez pourri les TER pour les vélos (notamment la ligne Pau-Tarbes-Toulouse), c’est bien dommage.
      Là la photo c’était dans le train Pau-Oloron.

  2. vincent

    Hello Idris

    Tu as l’air de bien profiter de ce novembre magnifique 🙂

    C’est marrant car je viens tout juste de monter le Bagargi ce soir… mais versant Larrau et sur mon simulateur tacx. Et quelques heures plus tard je tombe sur ce post.

    Tu as quand même bien du courage de faire le déplacement en train aussi loin. Tu dois plus de temps en trajet que sur le vélo non ? Mais que ne ferait-on pas pour grimper des cols 🙂

    Vincent

    1. Idris

      Salut Vincent 🙂

      Ah c’est marrant ça 😀 Le versant Larrau ça dérouille, ton simulateur rend bien les passages à plus de 16% ? 🙂
      Ouais là samedi j’ai fait 4h45 de train au total. Mais je suis déjà content que ce soit accessible en train Oloron^^

      1. vincent

        Salut Idris,

        En théorie, le simulateur rend jusqu’à 20%, mais au delà de 11-12%, ça devient quand même nettement moins réaliste (en termes de sensations, la difficulté est bien présente :))

        Surprenant, je ne le trouve pas excessivement difficile pour un HC. Certes il y a 4 kilomètres vraiment très très durs où on est forcément en mode « moulinette tout à gauche », mais j’ai beaucoup plus souffert sur des Cols comme la Pierre Saint Martin, le port de Pailhères ou le port de Balès (côté Mauléon Barousse)

        Merci pour les conseils pour la veste thermique décathlon sur l’autre post, je sens que je vais m’en faire offrir une sous le sapin 🙂

        Vincent

        1. Idris

          Salut Vincent 🙂

          Ouais c’est sûr que chaque col est différent et selon les personnes on les appréhende différemment. Le col de la Pierre Saint Martin je l’avais monté il y a 6 ans et effectivement c’est un gros morceau. A l’inverse le port de Balès c’est une ascension que j’avais bien apprécié. Mais après le col de Bagargi, il ne vole pas son titre de HC quand même, si on compare avec des montées de 1ère catégorie du style Ax-3-Domaines ou Risoul, il n’y a pas photo, Bagargi est bien plus difficile. Après dans les HC il y a des écarts, il manquerait presque une catégorie supplémentaire 😀

          J’espère que le Père Noël t’apportera la veste que tu veux à Noël 😀 En tout cas c’est l’idéal pour les sorties au printemps et à l’automne, (et en hiver aussi^^).
          A la prochaine 🙂

          1. Vincent

            Tout à fait d’accord avec toi. Il y a des profils qu’on aime plus que d’autres. Si on ajoute les jambes, les conditions météo, si c’est le premier ou dernier col de la journée etc… ça change beaucoup. Je pense que la difficulté extrême que j’avais ressentie sur le Port de Balès par exemple était largement liée au fait que je l’ai monté sous la canicule.

            Aussi d’accord avec toi pour dire qu’il faudrait une « Hors Catégorie + », d’ailleurs il me semble que les HC étaient nés comme ça il y a quelques dizaines d’années, quand on avait voulu séparer la catégorie beaucoup trop large des « 1C ». Il y a quand même une grosse différence entre un Pla D’Adet et un Ventoux par Bédoin par example. Et c’est sur que le Bagargi est largement plus dur qu’un 1C.

            Sinon je voulais te demander si tu n’avais pas eu de problème en vélo de route sur le col Sensibilé, j’avais entendu dire qu’il n’était praticable qu’en VTT ?

            Vincent

          2. Idris

            Oui ou alors élargir les catégories par le bas, en rajoutant une 5e catégorie et faire passer des ascensions de 1ère catégorie en 2e et ainsi mettre les HC « faciles » (du moins moins long que d’autres) dans la 1ère catégorie et garder la HC pour les très durs. Vaste débat. Mais au final ça parle déjà pas mal les catégories actuelles 🙂

            Non aucun soucis pour le col Sensibilé, il est sur la route goudronnée en fait, on peut continuer 1 km plus loin après le col, en faux plat descendant jusqu’à un autre col au nom basque et c’est là que se termine la route goudronnée et si on veut continuer sur la crête qui longe la frontière il faut avoir un VTT. 😉

  3. Eric

    superbe sortie Idris, tu as encore fait fort au niveau des photos ! il faut dire que lorsque le décor et la météo sont extraordinaire, il n’y a plus qu’a tenir l’appareil droit et ne pas trembler pour faire des belles photos !
    bravo, tu es vraiment le meilleur ambassadeur des Pyrénées !

    1. Idris

      Salut Eric,

      Merci pour ton message. C’est clair que là la saison est belle pour les paysages et les photos 🙂

  4. LAURENT

    Salut Idris

    juste un mot, magnifique !
    superbes photos , paysages grandiose et des cols bien casse -patte , classique du pays basque ,
    mais que ça l’air calme , un peu trop peut-être ? lol
    grosses journée pour toi en tout cas
    à+

    1. Idris

      Salut Laurent 🙂

      Merci pour ton message 🙂
      Ouais très calme, ça manquait d’autres cyclistes mais sur des routes aussi étroites c’était pas plus mal que ce soit si calme 😀
      En tout cas je suis content d’avoir pu la faire en automne cette sortie, ça avait un charme supplémentaire 🙂

      A la prochaine ! 😉

  5. Double J

    Salut Idris, merci pour ces belles photos. Voilà une sortie sur des routes faites pour le vélo et les grimpeurs.
    En tout cas ce petit récit me rappelle aux bons souvenirs de ces côtes Basques parcourues en été (je pense que c’est mieux…)

    1. Idris

      Salut JJ,

      Merci pour ton message 🙂
      En été tu as dû voir passer plus de monde, tu devais te sentir moins seul mais vu l’étroitesse des routes c’était peut être pas top 😀

  1. 2015 est bouclé, on commence 2016 ! » velomontagne

    […] Noire (02 juillet 2015) sur les terres de Seb. Il y a eu la sublime sortie dans le Pays Basque (07 novembre 2015) vers Ahusquy et Iraty, le final du col d’Aubisque par Laruns (27 mai 2015) et aussi ce même […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>