«

»

Mai 15

8 mai 2017 (13e sortie) : col du Tourmalet, col d’Aspin, Sarrat de Gaye, col des Palomières et côte de Piétat

Le 8 mai, une journée off tombée du ciel !! Je l’ai bien apprécié. Journée férié, et au final rien ne s’est mis dans l’agenda ce jour là. Les engagements hebdomadaires du lundi ont été annulés, pas de démarche possible, il y a bien de l’administratif et tout ça à faire, mais après un week end chargé de travail, j’ai opté pour une journée de récupération. Il y a la fatigue du week end d’avant où je suis allé sur Paris par la force des choses (j’y ai d’ailleurs croisé Marc Madiot le manager de l’équipe FDJ à qui j’ai serré la main), et tout le travail à compenser avant et après. C’était bien rempli. Et quand je vois le programme des prochaines semaines, valait mieux ne pas laisser passer cette occasion car il faudra attendre au moins 2 voire 3 semaines pour avoir un peu de temps pour repédaler et en comptant les 2 semaines qui viennent déjà de s’écouler sans pédaler depuis la dernière sortie, le compte est vite fait…

J’oubliais de préciser que la météo était plutôt bonne malgré un peu de fraicheur et du vent de prévu.

Pour ma part quand je dis une journée de repos, c’est une journée de vélo !

Le plus dur sera de réussir à se lever. J’ai trainé 15 min après le réveil, et pourtant c’est pour aller pédaler…

ça faisait longtemps, très longtemps que je n’avais pas eu une journée devant moi pour pédaler sans regarder l’heure ou penser au travail 🙂

J’ai trainé mais l’idée de rouler enfin avec la nouvelle déco du vélo, c’est un truc qui motive bien quand même !!

Au petit dej’ j’avais pas super envie de manger et ça a été le strict minimum, je savais d’avance que ça allait se sentir dans la journée mais qu’importe.

J’ai enfourché le vélo avec bien sûr, le premier objectif de la journée bien défini : le col du Tourmalet !! Et pour la suite on verra plus tard.

Il faisait bien frais le matin, seulement 5°C, j’en avais les doigts engourdis. Mais la vue sublime des rayons de soleil réchauffant les sommets pyrénéens, ça donnait envie.

La grande inconnue était de savoir où en était les jambes après 2 semaines sans vélo (entrecoupées d’une petite séance de course à pied à Paris avec un cousin le dimanche précédent).

Bonjour du matin.

Vue sublime sur les Pyrénées !!

Les kilomètres ont défilé assez vite sur le début du trajet. Je profitais de la vue sur la chaine des Pyrénées. Par contre une fois Bagnères passé, le vent de face s’est levé et m’a un peu scotché sur place. Mais heureusement je sentais que les jambes étaient plutôt pas mal et je ne me fatiguais pas excessivement sur ces kilomètres à découvert. Une fois arrivé à Campan, j’ai rejoint la grande route qui mène à Sainte Marie de Campan. Il y a des maisons et des hameaux tout du long et on est abrité du vent.

Le Montaigu sur son trône.

Une fois à Sainte Marie, ça y est !! Le Tourmalet est juste là !! J’ai hésité mais il commençait à faire doux et j’ai enlevé ma veste thermique pour attaquer l’ascension en manches courtes (après avoir un peu grignoté avant).

J’étais plein de motivation et mon objectif était de ne pas faire la montée à fond car j’envisageais d’enchainer avec un autre si j’avais les jambes (soit un 2e Tourmalet, soit sur l’Aspin).

A Sainte Marie de Campan, au pied du col du Tourmalet !

Eugène Christophe veille sur les cyclistes.

Sur les 4,5 premiers kilomètres plutôt roulants j’ai eu un peu de mal à trouver le bon rythme, mais une fois à Gripp, la pente se cabre à plus de 9 % pour les 12,5 derniers kilomètres et là c’était bien !!

Je n’étais pas à fond et pourtant les jambes tournaient bien. Un pur plaisir le Tourmalet !! Les premiers de l’année sont toujours particuliers.

9 % de moyenne sur les 12,5 derniers kilomètres.

A 10 km du sommet j’ai rencontré des amis randonneurs qui attaquaient leur rando sur le sentier qui partait en direction du Pic du Midi. Je me suis arrêté 2 minutes pour discuter avec eux puis je suis reparti.

Je ne voyais pas les kilomètres défiler tellement j’appréciais. Petit à petit je rattrapais un cycliste qui m’avait dépassé à Sainte Marie de Campan quand j’enlevais ma veste thermique. Ça permet d’avoir un lièvre mais nous allions quasiment à la même vitesse car j’ai mis 4 kilomètres pour lui reprendre 200 m, on a échangé quelques mots d’encouragement à l’entrée de La Mongie.

Le lacet du Garet à 7,5 km du sommet.

L’endroit où Eugène Christophe a cassé sa fourche en 1913 lors du Tour de France. A 7 km du sommet.

La Mongie approche, ça grimpe ça grimpe !

La Mongie.

La circulation était vraiment faible bien que le col était ouvert depuis 2 jours aux voitures. C’est encore plus appréciable cette tranquillité. A partir de la sortie de La Mongie, je commençais à avoir sacrément faim, chose qui ne m’arrive pas d’habitude quand je prends un petit dej’ normal, mais là… Evidemment j’étais sur un bon rythme, je n’allais pas m’arrêter là pour me ravitailler, j’ai préféré continuer jusqu’au sommet. C’est à 2 kilomètres du sommet que j’ai commencé à sentir la fringale bien présente et l’acide lactique dans les jambes. Mais l’air du sommet motive^^

A 200m du sommet c’est le cycliste que j’avais rattrapé qui est revenu et nous avons fini côte à côte. C’était sympa.

3 km du sommet, vue sur le sommet là haut.

Toujours aussi sublime !

J’adore.

Quel plaisir d’être au sommet, si calme, en manches courtes à cette période. Et finalement malgré la fringale dans les 2 derniers kilomètres, j’étais très content de l’ascension que j’ai faite sans être à fond, ça motive !! Mais bon avec ça je me suis un peu entamé et je préférais ne pas m’envoyer sur Luz Saint Sauveur pour remonter un 2e Tourmalet qui pourrait s’avérer très difficile.

L’enchainement se fera sur Sainte Marie de Campan.

Après avoir discuté avec l’autre cycliste, j’ai pris des photos, notamment avec la nouvelle déco du vélo !! Le vélo estampillé Velomontagne ! il méritait bien d’étrenner la déco sur ce col !!!

Au passage c’est la 39e fois que je grimpe le col du Tourmalet.

Au sommet du col du Tourmalet pour la 39e fois. Avec la nouvelle déco du vélo estampillé Velomontagne et les sommets représentés.

Vue sur le côté Luz Saint Sauveur.

La route entre Luz Saint Sauveur et Argelès Gazost est interdite aux cyclistes, j’en reparle en bas de l’article.

Je sentais que les cuisses avait bien travaillé sur les 2 derniers kilomètres du col, du coup j’ai fait la descente sans trop pédaler, le temps que ça revienne. J’étais surpris du froid ressenti dans la descente alors que j’étais en manches courtes au sommet pendant de longues minutes sans avoir froid.

Premier virage de la descente, vue sur La Mongie.

Après 10 kilomètres de descente, j’ai croisé mon vieil ami l’âne du Tourmalet !! Evidemment, arrêt obligatoire pour lui dire bonjour et le caresser, c’est la première fois de l’année que je le vois !!

Mon ami l’âne du Tourmalet !!! ça faisait longtemps !!

Bonjour.

Une fois revenu en bas, j’ai tourné en direction du col d’Aspin. Le temps d’enlever mon k-way et c’est parti !

Le coup de pédale était très lourd. Je sentais que j’avais toujours besoin de manger. J’avais un pique nique dans mon sac et je mourrais d’envie de le manger, mais je me suis dit que j’apprécierai plus de le manger une fois en haut du col d’Aspin. Heureusement, les 7 premiers kilomètres jusqu’à Payolle ne sont pas très raides et j’ai pu avancer.

De nouveau à Sainte Marie de Campan, au pied du col d’Aspin.

La Séoube.

Payolle.

La carrière de marbre annonciatrice des 5 derniers kilomètres à 8 %.

Mais par contre une fois à Payolle il reste 5 km à près de 8 % et là, je n’avais plus rien dans les jambes… C’était sauve qui peut^^

Quel contraste entre la superbe montée du col du Tourmalet juste avant et là le col d’Aspin où la fringale m’a bien saisi. Ils ont été longs ces 5 kilomètres, ça faisait très longtemps que je n’avais pas eu de fringale comme ça. La dernière fois que j’ai été autant en galère dans le col d’Aspin, ça doit remonter à 2011 ou 2012 je pense^^

Heureusement que ce n’est pas excessivement long et puis je me motivais en me disant que le vélo avec la nouvelle déco, méritait bien d’être étrenné sur ces 2 cols en premier. En plus l’enchainement Tourmalet – Aspin, c’est un enchainement que j’ai souvent fait et que j’aime bien.

Une fois n’est pas coutume, je vais passer un mauvais moment dans le col d’Aspin, heureusement le paysage est toujours aussi beau !

Le sommet est en vue.

En tout cas, en arrivant au sommet du col d’Aspin (1490m), j’étais vraiment soulagé. J’avais les cuisses qui brûlait… J’étais très déçu car tout avait bien commencé…

Au sommet, j’ai pris quelques photos du paysage sublime, mis mon k-way car il y avait un vent frais qui soufflait et je me suis assis face à la vallée d’Aure pour manger. Miam miam, que c’était bon !!^^

Au sommet du col d’Aspin, celui là il a pesé plus lourd que beaucoup d’autres^^

Vue sur le versant Arreau, pas ce coup-ci…

Vue sur le Pic du Midi, toujours aussi beau !

Après avoir mangé et passé de longues minutes là-haut, je cogitais sur comment continuer la sortie avec ce qu’il me restait dans les jambes, mais j’avais d’abord envie de manger des crêpes, alors je suis redescendu sur Payolle pour m’arrêter à une auberge.

2 bonnes crêpes, ça fait du bien. J’avais l’impression d’être requinqué ! J’ai repris le vélo et je suis d’abord allé jusqu’au lac de Payolle. Le vent soufflait fort sur la surface.

Le lac de Payolle.

Ensuite c’est reparti, je n’avais pas envie de prendre le risque d’aller à la Hourquette d’Ancizan, j’ai opté pour redescendre sur Sainte Marie de Campan. Mais le vent soufflait très fort de face et j’étais scotché, si bien que j’ai préféré grimper le Sarrat de Gaye (1231m) avant de redescendre sur Sainte Marie de Campan. La montée n’est pas longue, elle fait seulement 4 km. Mais finalement je retrouvais des sensations et je pouvais de nouveau pédaler en force.

Au Sarrat de Gaye, quelques ânes étaient présents. J’ai ensuite attaqué la descente sur Sainte Marie de Campan.

Dans la montée du Sarrat de Gaye.

Vue sur le sommet.

Un autre collègue.

Une fois en bas, j’ai de nouveau bouffé du vent de face en redescendant sur Campan. J’avais en tête de rejoindre Bagnères puis de grimper le col des Palomières (810m) avant d’aller rendre visite à l’artiste qui a repeint le vélo.

Plus les kilomètres passaient et plus les jambes allaient mieux. J’ai fait un arrêt à Gerde pour dire bonjour à Octave Lapize, le Géant du Tourmalet qui attend de remonter au sommet (la Montée du Géant se fera le samedi 3 juin, départ de Bagnères de Bigorre, normalement depuis le stade).

En retournant sur Bagnères.

Petit bonjour à Octave Lapize qui attend encore…

Le col des Palomières s’est avalé sur un bon rythme sur 39×23 et pas de problème dans la partie centrale à 10 %. Comme quoi j’avais des jambes pas trop mauvaises pour une reprise.

Au sommet du col des Palomières j’ai profité du paysage quelques minutes avant de redescendre le début du col par le même côté pour prendre ensuite la bifurcation vers le crête.

Dans la montée du col des Palomières, le Pic du Midi est dans les nuages.

Vue sur la plaine et les Baronnies depuis le sommet du col.

Le sommet du col des Palomières.

Sur la crête.

Petit arrêt pour discuter et montrer le vélo à Marlène qui a fait la déco. Bien sympa.

Puis je suis reparti.

J’hésitais beaucoup entre rentrer ou continuer à grimper un peu car j’étais débordant de motivation encore, je devais être vraiment en manque…

J’ai finalement choisi d’avancer le retour dans la plaine et une fois à Barbazan, juste avant la fin, prendre à droite la côte de Piétat avec son mur à 18 % (1,4 km à 12 % environ) pour continuer sur la crête et continuer à monter ensuite sur les coteaux histoire d’atteindre les 150 km et de bien dépasser les 3000 m de D+.

J’ai donc roulé dans la plaine, et à Barbazan, c’est parti pour le mur. Là évidemment, petit plateau direct. Les 18 % sont dans la première partie. Mais finalement ça a été moins terrible que ce que je craignais, ouf !! 😀

Mais en haut on apprécie !!

Retour dans la plaine.

Petit regard en arrière, quelques nuages sont là sur les sommets.

Quelques encouragements qui font du bien !!

Au pied du mur à 18 % .

En haut de la côte.

J’ai continué sur la crête entre courtes montées et descentes, puis j’ai choisi de poursuivre la montée vers Sarrouilles, une route que je n’ai jamais prise en vélo. De belles montées et de belles descentes sont au menu.

A ce stade, dans l’après midi bien avancé, j’appréciais le moment d’être là. Les jambes piquaient mais j’avais envie de continuer à pédaler.

Une fois à Sarrouilles, demi tour, de nouveau les montées et descentes, puis je suis redescendu sur Barbazan par la grande route qui offre de beaux lacets (et ça m’évite de griller mes patins de freins dans la descente du mur).

On va commencer à songer à rentrer.

Alors que j’étais à quelques centaines de mètres de la fin, j’étais à 148 km au compteur, j’ai fait un petit tour pour prendre une dernière photo des Pyrénées et ainsi arrondir à 150 km.

En rentrant j’étais bien content de la journée. Ça faisait très longtemps que je ne m’étais pas offert une journée comme ça pour pédaler sans me soucier du travail !! ça fait un bien fou.

Evidemment, si j’avais daigné manger un peu plus dès le départ, ça aurait été différent, mais sur le moment je n’avais vraiment pas envie de me forcer à manger. C’est comme ça.

Au final ça fait 150 km et 3300 m de D+ !

Léger voile de nuages.

C’est frustrant car c’était bien parti dans le col du Tourmalet, et puis le col d’Aspin a été dur à digérer. J’avais vraiment les jambes pour faire une 2e ascension du Tourmalet je pense.

Mais pour une reprise c’est une sortie qui fait du bien !! Et puis le col du Tourmalet et le col d’Aspin en guise de premières ascensions pour la nouvelle déco, quoi de plus normal !

C’est le 2e Tourmalet de l’année et il était vraiment agréable 🙂

Les prochaine semaines s’annoncent chargées pour le travail du lundi au dimanche, ça sera compliqué de pédaler en montagne…

Et pour info concernant l’accès au col du Tourmalet, les cyclistes n’ont pas le droit d’emprunter la route entre Argelès Gazost et Luz Saint Sauveur. En raison des travaux pour sécuriser la route (l’accident a été évité de peu en début d’année suite à des éboulements de rochers sur une voiture), c’est l’ancienne route qui est empruntée pour la circulation et il y a un tunnel très étroit et dangereux interdit aux cyclistes. Fin des travaux prévue pour fin juin.

Et le profil de la sortie !! 150 km et 3300 m de D+.

(13 commentaires)

1 ping

Passer au formulaire de commentaire

  1. laurent

    Salut Idris ,

    Superbe ta sortie , tous les ingrédients y était , magnifique , la nouvelle peinture du vélo , la météo clémente , le Tourmalet , l’Aspin , les ânes , Bref que du bonheur , allez à + champion ,fais nous rêver encore

    1. Idris

      Salut Laurent 🙂

      Merci pour ton message !! ça fait super plaisir 🙂 Ouais c’était une journée fort agréable et appréciable 🙂
      J’espère que tu vas bien !! 🙂

      J’ai rajouté le profil de la sortie.

      A bientôt !

  2. Sébastien Bories

    Merci pour ton récit, je reste bouche bée devant ton endurance ! C’était une journée magnifique en effet, et je me souviens t’avoir encore croisé (je n’ai pas pu m’empêcher de sortir le vélo malgré le travail !).
    Au plaisir de continuer à te lire, à bientôt !

    1. Idris

      Salut Seb 🙂

      Merci pour ton message 🙂
      Je me suis douté que c’était toi. Je crois qu’on s’est croisé plus bas que la dernière fois, sur le moment je me suis dit que c’était peut être toi.

      Faudra qu’on s’arrête pour discuter un jour !!

      J’apprécie aussi de pédaler pour le travail, demain je vais aller chercher mes légumes et faire mes livraisons en vélo, j’ai déjà hâte !! 🙂

      A bientôt !! 🙂

  3. Teyssier

    Bjr!!!bien. Content maintenant de reconnaître certaines de tes routes!!la montagne est vraiment splendide!l’émotion à été très grande,surtout quand je suis arrivé en haut de l’aspin,où je me suis mis à pleurer!!
    Je serais là le 3 juin pour le géant qui m’impressionne un peu,mais suite à mes 2 cols un peu moins maintenant !
    J’y serais avec ma soeur et beau-frère qui le lendemain participe à une rando cycliste qui arrive à peyresourdes????si tu est au courant peut-être pourra tu m’en parler?
    Dans l’attente je te joins mes amitiés sportives!
    Bravo et à bientôt !!!

    1. Idris

      Salut Dominique 🙂

      Bravo pour ta sortie c’est vraiment top ça !! 🙂 C’est des routes chargées d’histoires !!

      Pour la Montée du Géant, ce sera devant la Mairie finalement (à côté du parc des Vignaux), accueil à partir de 8 h, départ à 9h30.

      Pour la montée de Peyragudes le lendemain, c’est dans la cadre de l’arrivée du Tour de France, pour inaugurer la nouvelle piste d’arrivée qui a été faite et surtout en souvenir du film de James Bond qui y a été tourné (d’où le départ à 10h07^^).

      Voilà pour ce que j’en sais, il s’agira de la montée uniquement 😉

      Bonne soirée à toi et à très bientôt !! 😉

  4. TEYSSIER

    Merci beaucoup!!
    Toi qui connaît bien la région lol!!avec mon beauf que peut on monter avant de se taper Peyragudes à 10h07 mnet 07 segondes???lol
    Au pire je peut m’acheter une carte!!
    Merci d’avance!!

    1. Idris

      Alors il y a 2 départs (un de chaque côté à la même heure), du coup si vous êtes du côté de Loudenvielle, il y a le col d’Azet à côté, avec une rampe de 3 km bien raides mais pas très long au total.
      Et si vous êtes du côté de Luchon, il y a le port de Balès et Superbagnères mais ce sont des ascensions longues et HC, sinon il y a le col de Menté mais il y a une grosse dizaine de kilomètres de plat pour arriver au pied 😉

  5. charlice

    Encore une grosse sortie, Chapeau !
    Dimanche parti pour grimper Luz Ardiden, je me suis fait refouler à l’entrée du tunnel !! En bon blaireau, je n’avais pas vu le panneau d’interdiction aux cyclistes à l’entrée des gorges 🙁
    Me suis rabattu sur Cauterets-Cambasque, puis le Pont d’Espagne, ça pique aussi.

    1. Idris

      Salut à toi 🙂

      Merci 🙂

      Eh oui c’est interdit aux cyclistes, jusqu’à la mi-juin à peu près. Pas de chance mais t’as fait des bonnes montées quand même !! Et tu devais être tranquille vers le Pont d’Espagne et le Cambasque 🙂

      1. james

        je viens de voir que j’avais signé avec mon pseudo, il fallait lire James fidèle lecteur 😉

        1. Idris

          Oui j’avais deviné, quand je vois les commentaires dans l’admin, je vois ton pseudo avec ton mail en dessous à chaque fois, j’avais reconnu l’adresse 🙂

  6. Teyssier

    Merci et à bientôt !!

  1. 27 mai 2017 (14e sortie) : col du Tourmalet, col d’Aspin, traversée des Baronnies » velomontagne

    […] la sortie de 150 km du 8 mai, je n’ai pas eu l’occasion de retourner en montagne. Presque 3 semaines pleines qui ont […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>