«

»

Fév 02

30 janvier 2016 (3e sortie) : col d’Aspin par les 2 côtés

La journée de ce samedi 30 janvier s’annonce bien remplie et bien sympa. Et pour cause, j’ai eu des commandes de bouteilles de jus et je dois les livrer…à Campan !

Pas de voiture dispo, il reste le vélo. Par chance, la météo s’annonce au beau fixe. Et à cela s’ajoute un rdv avec un ami du lycée qui vient de démarrer son activité de photographe sur Paris. Cela fait bien 5 ou 6 ans que nous ne nous étions pas revus et nous avons profité de son retour pour quelques jours dans le département pour nous revoir…et faire des photos pour la com’ de mon entreprise. Payolle et le col d’Aspin, superbe décor pour faire des photos !

Etant donné qu’il a de la route à faire, nous avions prévu de nous retrouver aux alentours de midi à Payolle. Pour ma part, je devais livrer mes bouteilles assez tôt sur Campan. Cela me laissait du coup du temps pour aller pédaler du côté du col d’Aspin (1490m). Comment ça encore? Quand on aime on ne compte pas ! 😀

Mais en comptant un peu, c’était aussi une journée idéale pour boucler le challenge « Parrain » (du Challenge BIG) des 25 ascensions sur les 12 derniers mois. Si il y a bien un col où ça me tient à coeur, c’est bien le col d’Aspin. Là où tout a commencé et où j’ai grandi. Cette idée des 25 ascensions sur les 12 derniers mois a commencé à germer au mois de novembre dernier quand j’ai vu que je l’avais grimpé pas mal de fois en 2015 (à partir du 13 février 2015) lors de mes différents enchainements et sorties. C’est pour cela que le col d’Aspin, a constitué l’objet de beaucoup de sorties entre novembre, décembre et janvier. Il faut dire qu’avec le travail je n’ai pas non plus forcément une journée entière de libre et, le col d’Aspin rentre bien sur une petite sortie en moins d’une demie journée.

L’hiver doux m’a bien aidé car lorsque le mauvais temps est arrivé début janvier ça s’annonçait un peu compliqué et je me disais que si j’avais eu cette idée plus tôt en 2015, j’aurais pu faire ce challenge plus aisément avec plus de marge.

Au matin de ce 30 janvier 2016, j’en suis à 23 ascensions depuis le 13 février 2015. Etant donné que pendant les prochaines semaines il est peu probable que j’ai un moment de libre, c’était la dernière journée possible pour moi de le faire avant le 12 février 2016.

Du coup tout s’est bien goupillé entre le lieu de la livraison, les photos pour la com’ et la météo (du moins pour le début).

Je me suis donc levé tôt pour préparer mon sac. Il en fallait des choses et en faisant mon sac je me demandais si j’allais tenir avec tout ce poids sur le dos : 4 bouteilles à livrer, 4 bouteilles pour les photos, le matos de réparation, de quoi manger, mon antivol et…mes affaires de rechanges à savoir une chemise, un gilet et un pantalon présentable. Le sac pesait bien lourd, sans oublier les gants courts et longs, l’éclairage et le gilet jaune pour cause de départ dans la nuit.

Après avoir admiré Jupiter, Mars, Saturne et Vénus dans le ciel étoilé, je me suis élancé pour cette sortie avec l’idée de monter déjà une fois le col d’Aspin (1490m) et de voir ensuite le temps qu’il me resterait.

De bon matin il faisait un froid glacial…1°C… Par rapport à la douceur des derniers jours, le froid était bien désagréable et très vite j’ai eu les doigts gelés. J’attendais avec impatience les premiers rayons de soleil pour profiter du plaisir qu’il y a à sentir la température monter au fur et à mesure que le jour se lève. Malheureusement, je vais vite déchanter… Le soleil se lève mais la température ne décolle pas du tout. Et pour couronner le tout, le vent souffle du sud mais il est glacial… Résultat, je sentais mes cuisses tétanisées par le froid et j’étais scotché sur la route vent de face avec mon sac à dos qui pesait une tonne. J’étais bien mal embarqué… En plus de ça, c’était samedi, du coup il y avait pas mal de voitures qui montaient en stations et certains automobilistes ne daignent pas s’écarter pour les cyclistes.

La journée s'annonce belle mais pas chaude...

La journée s’annonce belle mais pas chaude…

Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 007

Le Montaigu sur son trône.

Le Montaigu sur son trône.

Les kilomètres ont défilé, bien pénibles, et je commençais déjà à ruminer de sentir que je dépensais énormément d’énergie rien que pour affronter le froid et le vent de face. Un peu après Campan, je suis allé livrer mes bouteilles. Arrêt salvateur pour se délester de 2 kg dans le sac, avant de repartir. Les faux plats se faisaient de plus en plus prononcés et les dernières parties à 8% avant Sainte Marie de Campan, ne me rendaient pas optimiste pour la suite. A Sainte Marie de Campan (que j’ai finalement atteint sans trop perdre de temps), j’ai mangé une pâte de fruit et je me suis élancé dans l’ascension, toujours avec les gants longs, la veste thermique et l’écharpe car la température avoisine péniblement les 2°C et elle va rechuter au fil de l’ascension. Sur les 7 km pas trop raides jusqu’à Payolle, je commençais à sentir le coup de pédale revenir et la confiance avec, c’était encore plus sensible dans la partie entre 8 et 10 % qui précède Payolle. A Payolle, il faisait seulement 1°C et le givre qui s’évaporait était beau à voir.

A Sainte Marie de Campan, au pied du col d'Aspin.

A Sainte Marie de Campan, au pied du col d’Aspin.

C'est parti pour l'ascension !

C’est parti pour l’ascension !

Payolle.

Payolle.

Sympa à voir l'évaporation du givre.

Sympa à voir l’évaporation du givre.

J’ai attaqué les 5 derniers kilomètres plus raides avec beaucoup d’envie et quel plaisir de voir que le coup de pédale n’est pas mal malgré le froid. Je préfère de loin être dans la montée plutôt que dans la vallée ! Les kilomètres ont défilé sans que je ne m’en rende compte, il y avait peu de voiture (la plupart ont pris la direction de La Mongie à Sainte Marie de Campan) et je profitais de grimper sans soucis, le jour et la nuit avec la sortie du 25 janvier en compagnie de Romuald. Je suis arrivé au sommet au moment où la température augmentait petit à petit. Juste le temps de prendre quelques photos et après même pas 3 minutes au sommet j’ai basculé côté Arreau.

Toujours glacial au moment d'aborder les 5 derniers kilomètres d'ascension.

Toujours glacial au moment d’aborder les 5 derniers kilomètres d’ascension.

Payolle sous le regard du Pic du Midi.

Payolle sous le regard du Pic du Midi.

Brrr...1°C...et ça fait déjà 40 km que je pédale...

Brrr…1°C…et ça fait déjà 40 km que je pédale…

Le sommet est en vue, ouf la température augmente légèrement.

Le sommet est en vue, ouf la température augmente légèrement.

Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 040

59e ascension du col d'Aspin !

59e ascension du col d’Aspin !

Le Pic du Midi vu depuis le sommet.

Le Pic du Midi vu depuis le sommet.

Le sommet.

Le sommet.

Vue sur le versant Arreau que je vais descendre puis remonter. Superbe avec cette brume dans la vallée ! Le Pic d'Aneto est plein centre au fond.

Vue sur le versant Arreau que je vais descendre puis remonter. Superbe avec cette brume dans la vallée ! Le Pic d’Aneto est plein centre au fond.

Le décor était superbe avec la brume froide et matinale qui recouvrait la vallée d’Aure, juste magnifique ! C’est pour rouler dans des décors comme ça que le vélo est génial ! J’ai dévalé la pente et plus je me rapprochais de la brume et plus elle se dissipait, timing au poil.

Alors que je n’avais pas fini la descente, je savais déjà que j’allais m’éclater dans la 2e montée, j’avais envie de me défouler et je savais déjà que je n’aurais aucun soucis. Et effectivement, une fois en bas, juste à quelques mètres de Arreau (à cause de 2 chiens menaçants sur la route…), j’ai fait demi tour sans même m’arrêter pour réattaquer l’ascension. Petite pause après 1 km pour changer de gants et mettre mes gants courts et c’est reparti. Il me restait 1 h pour arriver à Payolle sur l’autre versant.

Vraiment superbe !

Vraiment superbe !

ça se dissipe petit à petit.

ça se dissipe petit à petit.

Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 075

Et je n'aurais pas à traverser la brume.

Et je n’aurais pas à traverser la brume.

Arreau en bas.

Arreau en bas.

C'est reparti pour la 2e ascension, le sommet est en haut. Petite pause pour changer les gants.

C’est reparti pour la 2e ascension, le sommet est en haut. Petite pause pour changer les gants.

L’ascension aura été un grand moment de plaisir, la douceur enfin là (10°C), j’ai pédalé comme je voulais sans ressentir de douleurs aux jambes, juste que j’avais un peu faim dans les 5 derniers kilomètres mais le resto approchait^^

En tout cas cette ascension a défilé bien vite et j’en étais encore plus surpris que j’avais mon sac à dos bien lourd avec mes bouteilles et mes affaires de rechange.

Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 086Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 087Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 092Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 095Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 098Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 102Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 103Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 106

C'est un festival, les paysages sont superbes, les jambes sont bonnes, tout roule quoi !

C’est un festival, les paysages sont superbes, les jambes sont bonnes, tout roule quoi !

Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 112Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 117Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 120Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 125Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 128Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 130

Vue sur le versant Arreau que je viens de monter.

Vue sur le versant Arreau que je viens de monter.

En arrivant au sommet.

En arrivant au sommet.

En arrivant en haut, c’était superbe. J’ai demandé à une personne de me prendre en photo, 60e fois que je grimpe le col d’Aspin ! Après moins de 5 min au sommet, j’ai basculé côté Payolle.

60e fois que je grimpe le col d'Aspin !!!

60e fois que je grimpe le col d’Aspin !!!

Le Pic du Midi toujours là.

Le Pic du Midi toujours là.

Après 2 km de descente je me suis engouffré sur le petit chemin de Beyrède pour m’arrêter quelques mètres plus loin et me changer histoire d’être plus à l’aise et présentable au resto. Grimper 2 fois l’Aspin avec tout le barda dans le dos et se pointer en chemise et bien habillé au resto comme si de rien était, c’est ça la classe 😀

Et c’est ainsi que j’ai fini la descente sur Payolle où le timing a été plutôt bien respecté puisque je suis arrivé 2 min avant mon pote. J’étais en train de faire la petite côte pour aller voir le lac de Payolle au moment où il m’a appelé.

De nouveau à Payolle.

De nouveau à Payolle.

Demi-tour, retrouvailles, resto (miam les frites) et pas de bol…le vent s’est de nouveau levé et a ramené un voile de nuages laiteux qui n’a pas été vraiment pratique pour les photos de l’aprem jusqu’à ce que le ciel devienne complètement menaçant et que le Pic du Midi disparaisse dans les nuages… Dommage…

La température n’a cessé de chuter et après les photos, nous sommes allés prendre quelques crêpes avant de nous dire au revoir.

les nuages sont revenus pour l'après midi...

les nuages sont revenus pour l’après midi…

Séance photos !

Séance photos avec mon ami photographe !

Aspin x2 et photos jus 30 janvier 2016 157

Au moment de repartir, le ciel ne donnait plus trop envie de pédaler...

Au moment de repartir, le ciel ne donnait plus trop envie de pédaler…

Le Montaigu est parti se coucher...

Le Montaigu est parti se coucher…

Et un gros bisous surtout !

Et un gros bisou surtout !

J’ai attaqué le retour tambour battant sous le ciel menaçant. En chemise et tout ça c’est moins confortable mais bon pour le retour ça a fait l’affaire. Je suis rentré un peu avant la nuit. Une belle journée qui se termine.

Au final ça a fait 115 km et 2250m de D+. Premier enchainement de l’année, 59e et 60e ascensions du col d’Aspin et au final je boucle les 25 ascensions sur les 12 derniers mois dans le cadre du défi « Parrain » du Challenge BIG : https://www.bigcycling.eu/fr/big/index/index/big/344/ et https://www.bigcycling.eu/fr/big/index/godfathers/

Profil de la sortie : 115 km et 2250m de D+ avec la double ascension du col d'Aspin (1490m)

Profil de la sortie : 115 km et 2250m de D+ avec la double ascension du col d’Aspin (1490m)

12 mois bien remplis entre février 2015 et janvier 2016, de quoi revoir défiler quelques belles sorties qui m’ont fait franchir le col d’Aspin :

1- 13 février 2015 : pour aller voir où en est l’hiver.

2- 08 mars 2015 : idem

3- 20 mars 2015 : ascension faite avec mon père en espérant pouvoir voir un peu l’éclipse du sommet mais que nenni.

4- 14 avril 2015 : après avoir été bloqué par la neige sur la Hourquette.

5- 17 avril 2015 : avec Seb pour rentrer après avoir été à Loudenvielle avant, un beau déluge nous attendait dans la descente.

6- 07 mai 2015 : pour revenir en vallée de Campan après avoir grimpé le col de Peyresourde et avant la Hourquette, le Sarrat de Gaye et les Palomières.

7- 10 mai 2015 : après avoir grimpé le Tourmalet et avant la Hourquette d’Ancizan.

8- 20 juin 2015 : pour aller voir passer la Route du Sud au col d’Azet et retour par la Hourquette en 3e ascension.

9- 15 juillet 2015 : après avoir été voir passer le Tour de France au Tourmalet, histoire de faire le même enchainement que la toute première sortie 6 ans plus tôt jour pour jour.

10- 02 août 2015 : pour rentrer après avoir grimpé la Hourquette et le Pla d’Adet.

11- 10 août 2015 : pour rentrer après avoir grimpé le col de Portet.

12- 30 août 2015 : en VTT, pour aller sur la crête du Bidour après le sommet du col d’Aspin.

13- 09 octobre 2015 : après avoir grimpé le Tourmalet.

14- 1er novembre 2015 : j’avais juste l’aprem de libre, c’était la sortie la plus pratique.

15- 05 novembre 2015 (1/2) : dans la boucle avec la Hourquette et avant une 2e ascension.

16- 05 novembre 2015 (2/2) : après avoir fait la boucle Aspin-Hourquette, histoire de se finir les jambes.

17- 17 novembre 2015 : après avoir grimpé le Tourmalet, histoire de profiter de pouvoir faire mon enchainement fétiche si tard dans l’année. C’est là que l’idée des 25 ascensions sur les 12 mois a fait son chemin.

18- 1er décembre 2015 : seulement l’aprem de libre, autant aller au col d’Aspin^^

19- 15 décembre 2015 : après avoir fait la traversée des Baronnies, dans le but de prendre des photos pour mon entreprise au sommet de l’Aspin.

20- 21 décembre 2015 : pour fêter mon anniversaire, après avoir grimpé la Hourquette juste avant.

21- 25 décembre 2015 : pour fêter Noël et pouvoir rentrer avant le repas.

22- 1er janvier 2016 : avec Vincent, pour lancer la nouvelle année.

23- 25 janvier 2016 : avec Romuald, en guise de reprise et avec juste la matinée de libre.

24- 30 janvier 2016 (1/2) : pour la livraison et les photos pour l’entreprise.

25- 30 janvier 2016 (2/2) : le bouquet final !

Je ne sais pas quand j’aurais de la disponibilité pour faire des prochaines sorties mais nul doute que je laisserai le col d’Aspin se reposer et que j’irai voir du côté du Soulor ou d’Hautacam sur la suite de l’hiver (à moins que je n’ai que la demie journée de libre^^).

(12 commentaires)

2 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Alex

    2 faces et en hiver !! bravo
    Pas de verglas ? comme les champs sont assez blancs
    par contre la fin de la journée, comme tu dis, ça ne donne pas envie d’être dehors
    Le col n’est toujours pas enneigé ?

    J’avais fait les 2 faces dans la journée en août 1998 (avec le Peyresourde entre les 2), c’était la 1ere fois que j’enchainais autant de cols « durs », je crois que j’avais mis plus de 2h pour faire la dernière face (celle d’Arreau), alors que seule on met la moitié moins.
    Et en partant d’Arreau, tu vois le sommet de loin (quasiment depuis le départ, d’ailleurs ta photo le prouve !), alors que venant de Payolle tu le découvres à 1 ou 2kms

    Prochaine sortie la Hourquette ? :p

    1. Idris

      Salut Alex,

      La route était gelée à certains endroits mais comme c’était sec il n’y avait pas de verglas. C’est pas qu’il n’est pas encore enneigé, mais chaque hiver le col d’Aspin tantôt il est enneigé et tantôt il est praticable. C’est un col très exposé au soleil, du coup ça peut fondre très vite, beaucoup plus vite que sur la Hourquette par exemple. Là il a été fermé quelques jours mi-janvier pour cause de neige mais ça a fondu déjà. D’ailleurs, souvent c’est enneigé à Payolle mais sur le sommet il n’y a rien.
      Du coup le monter en janvier ça m’est déjà arrivé les années précédentes mais là c’est surtout de pouvoir le monter si souvent en janvier que c’est exceptionnel.
      J’avais déjà monté les deux faces dans la même journée et c’était un 23 décembre, en 2012 et ce jour là il avait fait 23°C au sommet !

      La Hourquette est encore enneigée là. Faudra voir la suite de la météo mais aujourd’hui il a neigé assez bas. Les prochaines sorties hivernales ce sera plus vers Hautacam et le col du Soulor je pense, maintenant que j’ai bouclé les 25 Aspin en 12 mois.

  2. Bosses21

    Hello Idris !

    60 Aspins… bon anniversaire !!! 😉

    Parrain BIG de l’Aspin, il n’y avait que toi qui pouvait avoir cet honneur !

    Je suis curieux de voir le résultat des shoots photos de ton pote, donnes-nous des nouvelles !

    1. Idris

      Salut Joris 🙂

      Merci pour ton message 🙂 Punaise ouais 60 Aspin ! ça fait bizarre quand je repense à la toute première fois que je l’ai grimpé 😀
      Et pour les 25 en 12 mois, c’était l’occasion où jamais avec cet hiver doux qu’il y a eu.

      Pas de soucis, dès que les photos sont au point je les mettrai 🙂

  3. cestdurlevelo

    Bravo, beau doublé ! Surtout à cette période de l’année, et lesté de nombreux litres de jus de fruit 🙂
    Superbe challenge BIG, un sacré col à faire 25 fois en un an. Youpi

    1. Idris

      Salut Baptiste 🙂

      Merci pour ton message.
      Ouais les ascensions se sont faites bien chargé dans le dos 😀
      25 fois l’Aspin comme toi sur la Faucille 😀

  4. james

    T’es bien courageux avec de telles températures !
    Tu m’as donné froid, je file sous la couette.

    1. Idris

      Ahahahahaha 😀

      Merci James, bonne nuit 😀

  5. Nicolas

    Et si tu habitais à Campan, tu l’aurais grimpé combien de fois l’Aspin ?
    😉

    1. Idris

      Ahalalalalala, si tu savais !! A chaque fois que je passe à Campan (c’est le village où j’ai grandi), je me dis exactement la même chose, j’aurais pu y aller le soir avant de dormir presque 😀

  6. françois

    Salut Idris,
    Je suis toujours admiratif de ton coup de pédale et de ta motivation même pendant une dure journée de travail. Je devrais prendre exemple.
    60 fois ça le fait quand même…
    A bientôt

    1. Idris

      Salut François 🙂

      Merci pour ton message, ça fait plaisir 🙂
      Quand on aime on ne compte pas 😀

  1. 26 septembre 2016 (29e sortie) : col d’Aspin par les 2 côtés » velomontagne

    […] J’ai mis mon k-way et j’ai attaqué la descente vers Arreau. Ça faisait depuis le mois de janvier (quand j’avais fait la montée par les 2 côtés déjà) que je n’étais pas descendu par ce […]

  2. Avant 2017, on en termine avec 2016 ! Les plus belles photos et les videos ! » velomontagne

    […] En janvier j’avais également bouclé 25 ascensions du col d’Aspin en moins d’un an (entre le 13 février 2015 et le 30 janvier 2016) ce qui m’a permis de devenir « Parrain » du col d’Aspin sur le site du Challenge BIG. L’année 2015, un peu comme cette année, m’avait fait beaucoup passer par le col d’Aspin, c’était sympa à faire. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>